Ajouter

Crédit d’impôt pour le développement des affaires électroniques (CDAE)

15 juillet 2013

Montréal International (MI), l’agence de promotion de l’investissement (API) du Grand Montréal, accueille très favorablement la décision du ministre des Finances et de l’Économie, M. Nicolas Marceau, de prolonger le crédit d’impôt pour le développement des affaires électroniques (CDAE), et ce, sur une période de dix ans à compter du 1er janvier 2016, soit jusqu’au 31 décembre 2025.

« Dans le contexte de la parité du dollar canadien avec la devise américaine et de la mondialisation de l’économie du savoir, où l’offre d’incitatifs s’est grandement accélérée au cours des dernières années, les mesures fiscales comme le CDAE constituent un facteur stratégique qui permet à une région comme le Grand Montréal d’accroître sa compétitivité et sa capacité à attirer des entreprises et des investissements étrangers », a déclaré M. Élie Farah, vice-président Investissement Grand Montréal, à Montréal International.

La prolongation et la bonification du CDAE vont dans le sens des recommandations émises par Montréal International et TechnoMontréal dans le cadre d’un mémoire déposé conjointement au gouvernement du Québec, en mars 2013. Celui-ci soulignait justement toute l’importance d’adopter des mesures d’aides fiscales ciblées pour renforcer la position concurrentielle du Grand Montréal et soutenir sa nouvelle économie.

« Le CDAE permet la concrétisation de projets porteurs dans l’industrie en pleine croissance des technologies de l’information et des communications (TIC) du Grand Montréal », a déclaré M. Farah. « Près de la moitié de la valeur des investissements directs étrangers auxquels MI a contribué ces dernières années se situe d’ailleurs au sein de cette grappe de haute technologie, qui contribue de façon marquée à l’innovation et la productivité de l’ensemble des entreprises du Québec », a-t-il ajouté.

En 2012, Montréal International a accompagné 29 filiales de sociétés étrangères dans leur implantation ou leur expansion dans la métropole québécoise. Celles-ci ont investi 689 M$, entraînant la création et le maintien de plus de 2 000 emplois. « Les retombées économiques générées par l’implantation de sociétés étrangères prennent la forme de création d’emplois de qualité, d’acquisition de talents et d’expertises, de recettes foncières et fiscales, bref, d’ajout de richesse pour l’ensemble de notre collectivité », a conclu M. Farah.

Ajoutons qu’en plus des mesures incitatives, l’attractivité économique du Grand Montréal repose également sur de nombreux autres atouts, tels la créativité de ses talents, l’excellence de ses secteurs de pointe et de ses institutions de haut savoir, la stabilité de son économie et sa qualité de vie exceptionnelle.

À propos du CDAE

Instauré en mars 2008, le CDAE vise à consolider le développement des TI dans l’ensemble du Québec et à stimuler les activités d’intégration des TI dans le processus d’affaires des entreprises québécoises, ce qui contribue à hausser leur niveau de productivité. Il a été introduit dans la foulée des mesures fiscales mises en place par le gouvernement, au début des années 2000, afin de favoriser le développement des technologies de l’information dans l’économie québécoise. Ce crédit d’impôt soutient les sociétés spécialisées en TI qui rendent des services à des tiers. L’aide fiscale cible plus particulièrement les activités à forte valeur ajoutée, comme le développement de logiciels intégrés dans les systèmes informatiques.

Laisser un commentaire