Facebook crée un laboratoire d’intelligence artificielle à Montréal

 Facebook annonce la création à Montréal d’un laboratoire de recherche en intelligence artificielle (IA), qui regroupera à terme une trentaine de scientifiques autour de la recherche et du développement dans le domaine de l’IA et de l’apprentissage par machine.

« Le Grand Montréal est une plaque tournante en intelligence artificielle. On y trouve la plus importante concentration de chercheurs au monde et le plus prestigieux groupe de recherche en apprentissage profond », a déclaré Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal International.

« Il n’est donc pas surprenant de voir Facebook se joindre à l’écosystème montréalais, qui rassemble d’autres géants mondiaux. »

Le Facebook lab, quatrième laboratoire du géant des médias sociaux (après New York, Paris et Silicon Valley), sera dirigé par Joëlle Pineau, professeure agrégée et codirectrice du Laboratoire de raisonnement et d’apprentissage (Reasoning and Learning Lab) de l’école de sciences informatiques de l’Université McGill. Elle sera secondée notamment par Pascal Vincent, professeur agrégé au département d’informatique et de recherche opérationnelle de l’Université de Montréal et chercheur à l’institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA).

Facebook lab Montreal artificial intelligenceLe laboratoire devrait compter une dizaine de chercheurs dès la fin septembre, puis une trentaine à terme.

En plus d’ouvrir le laboratoire, l’entreprise de Mark Zuckerberg s’est engagée à verser 5,75 M$ à l’université McGill, l’Université de Montréal, l’Institut d’apprentissage de Montréal et l’Institut canadien de recherche avancée poursoutenir leurs recherches sur l’IA.

⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯

Découvrez notre Moment Intelligence Artificielle sur Twitter

⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯

Facebook développe activement de nouvelles façons de mettre en œuvre l’IA, notamment pour la définition des messages, le filtrage des pourriels et la compréhension des commandes vocales en réalité virtuelle.

« Facebook est vraiment en tête de peloton en ce qui concerne les systèmes de dialogue et les agents conversationnels, et ce sont mes passions », a déclaré Joëlle Pineau en entrevue avec La Presse.

« Il y a maintenant tellement de recherche en apprentissage par machine dans l’industrie, c’était une opportunité intéressante pour moi de découvrir des modes différents de recherche. »

Comme c’est le cas pour les chercheurs travaillant dans les autres laboratoires d’IA de Facebook, ceux du laboratoire de Montréal pourront parler ouvertement de leur travail et collaborer avec d’autres organisations.

« Facebook a cette particularité d’être engagé envers la science ouverte. Ça veut dire que je peux parler de mes recherches librement avec mes collègues de McGill, je peux collaborer avec les deux côtés très librement », a ajouté Mme Pineau.

Dossier sur l’intelligence artificielle dans le Grand Montréal.

L’intelligence artificielle dans la presse internationale 

Laisser un commentaire