Ajouter

L’Alliance « Canada en tête » entend saisir les possibilités d’investissement

canada-entete

L’Alliance « Canada en tête » entend saisir, en 2014, les possibilités d’investissement qu’offrent l’Union européenne et l’Asie, grâce aux efforts conjugués de 12 villes canadiennes

Alors que de nombreuses grandes villes d’un même pays se disputent les dollars provenant de l’investissement étranger, les membres de l’Alliance « Canada en tête » (dont Montréal International), qui représentent 59 % du PIB du pays, ont choisi de rassembler leurs forces. Ils ont l’intention de prendre les devants pour ne rien rater des occasions d’investissement qui découleront de l’Accord économique et commercial global (AECG) Canada-Union européenne, ainsi que de l’énorme potentiel des marchés asiatiques.

Cette approche, baptisée « innovation collaborative », coïncide avec l’annonce selon laquelle le Canada a surpassé les États-Unis, l’Allemagne et le Japon dans le cadre du classement de Bloomberg 2014 des meilleurs pays au monde où faire des affaires. Le Canada a gagné quatre points pour atteindre la deuxième place, derrière Hong Kong, qui s’est classé premier pour la troisième année consécutive.

« Le Grand Montréal entend bien tirer partie du potentiel qu’offrira l’Accord économique et commercial global (AECG) Canada-Union européenne; l’Europe étant l’une des principales sources d’investissement étranger pour la région », a déclaré Dominique Anglade, présidente-directrice générale de Montréal International. « De plus, cette nouvelle approche de l’Alliance « Canada en tête », axée sur la collaboration, favorisera non seulement l’attraction de nouvelles sociétés étrangères au sein du Grand Montréal mais permettra de soutenir les échanges économiques entre le Canada, incluant la métropole québécoise, et les différents marchés étrangers comme l’Asie. Ensemble, nous pouvons voir plus loin! », a-t-elle ajouté.

« Le fait est que la plupart des décisions d’investissement sont prises en fonction d’une ville, a déclaré Michael Darch, président fondateur de Consider Canada City Alliance Inc. Mais les grandes villes canadiennes se rendent bien compte que sur le plan mondial, nous devons penser en termes d’échelle mondiale. Par exemple, Chongqing est la plus grande ville de Chine avec une population de plus de 33 millions de personnes – un nombre difficile à concevoir pour de nombreux Canadiens. La population de Chongqing rivalise avec la population totale du Canada, ce qui met en évidence la raison pour laquelle les « grandes » villes canadiennes doivent coordonner leurs efforts et collaborer ensemble – et non se livrer concurrence – pour attirer des investissements de partout dans le monde. »

En participant à leur assemblée générale annuelle qui aura lieu à Ottawa cette semaine, les dirigeants des organismes de développement économique de : Toronto, Montréal, Vancouver, Ottawa, Calgary, Edmonton, Halifax, Québec, Winnipeg, la région de Waterloo, London et Saskatoon, planifieront pour 2014 des missions d’investissement coopératives dans au moins six villes majeures en Europe et en Asie. Soulignons par ailleurs que la London Economic Development Corporation (LEDC) est le plus récent membre de l’Alliance « Canada en tête ».

Pendant deux jours, les membres de l’Alliance participeront à des séances d’information offertes par au moins un ministre fédéral, des ambassadeurs étrangers et des partenaires du développement économique du groupe Investir au Canada d’Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada.

« Au cours de la dernière année, nous avons constaté que le nombre de visites sur notre site Web trilingue (français, anglais et mandarin) (http://canadaentete.com/) a tout simplement doublé, a ajouté Michael Darch. Et nos missions d’investissement en Chine et dans l’Union européenne ont permis d’organiser 375 réunions d’investissement dans des villes européennes, ainsi que 250 réunions dans des villes chinoises avec des organismes allant de fonds souverains de plusieurs milliards de dollars à des propriétaires-entrepreneurs qui souhaitent ouvrir une succursale ou établir un toute nouvelle entreprise dans une ou plusieurs villes au Canada. »

Outre le fait que ses membres prendront la route pour rencontrer des investisseurs dans des villes qui sont de réelles références économiques mondiales, comme Amsterdam, Madrid, Milan, Hong Kong, Shēnzhèn et Beijing, l’Alliance « Canada en tête » a adopté une approche de l’innovation collaborative qui a contribué à attirer d’importantes délégations d’investissement au cours de la dernière année.

Du 14 au 18 octobre, l’ambassade d’Italie au Canada en partenariat avec Confidustria, la plus grande organisation commerciale de l’Italie, et la Commission italienne du commerce ont invité plus de 40 entreprises et 70 représentants à visiter Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver. Ces gens étaient à la recherche de débouchés et de partenariats dans les secteurs des infrastructures, des technologies propres et du pétrole et du gaz. En juillet, l’Alliance « Canada en tête » a aidé à organiser l’une des plus grandes rencontres de dirigeants d’entreprise chinois et canadiens. Au cours de leur première visite au Canada, des représentants d’importants organismes gouvernementaux chinois pour l’investissement à l’étranger et du Conseil chinois pour la promotion du commerce international (CCPIT) ont visité Calgary, leur seul arrêt en terre canadienne. Cette visite de la délégation chinoise était un des résultats directs de la mission commerciale organisée par l’Alliance « Canada en tête » dans trois villes chinoises en avril 2013.

Les missions d’investissement qu’effectuera l’Alliance « Canada en tête » en 2014 permettront d’optimiser davantage les possibilités en Europe et en Asie. Au sein de l’Union européenne, grâce au plus important accord commercial jamais conclu par le Canada, l’Accord économique et commercial global (AECG) Canada-Union européenne, on s’attend à ce que le commerce bilatéral entre le Canada et l’Union européenne augmente de 23 %, soit une valeur de 37,7 milliards de dollars. Et même si de nombreux marchés asiatiques nous interpellent, le fait que la Chine devrait éclipser les États-Unis en tant que plus grande économie du monde d’ici trois ans, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Fonds monétaire international (FMI), est encore inconnu pour bon nombre de Canadiens. La Chine a déjà dépassé les États-Unis à titre de plus grand négociant de marchandises à l’échelle mondiale pour la première fois l’an dernier, selon le total de ses importations et de ses exportations.

« Les investissements directs à l’étranger sortants (IDES) de la Chine sont passés de 1,0 milliard de dollars en 2000, à 88 milliards de dollars en 2012, ce qui fait de ce pays la troisième plus grande source mondiale d’investissements à l’étranger, a affirmé Michael Darch. Le magazine The Economist a souligné que le Canada était le troisième plus grand bénéficiaire des investissements provenant de la Chine pour la période 2005-2012. En mars 2013, KPMG a publié un rapport indiquant que le Canada était le premier pays au monde pour les investissements directs étrangers effectués par la Chine.

« Mais nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers, d’avertir M. Darch. Ce qui a propulsé le Canada en tête des investissements chinois à l’étranger a été l’achat phénoménal de Nexen Inc., d’une valeur de 15 milliards de dollars, par le géant pétrolier chinois CNOOC. Alors que la Chine est le deuxième partenaire commercial du Canada après les États-Unis, le Canada ne se classe même pas dans les 10 premiers partenaires de la Chine. C’est pourquoi les interactions de ville-à-ville revêtent autant d’importance. C’est là où se trouve l’action, et où les investissements à grande échelle se déclenchent. En 2014, nous avons l’intention d’obtenir beaucoup plus que notre juste part. »

 

Au sujet de l’Alliance « Canada en tête »

Constituée légalement en 2012, l’Alliance «Canada en tête», formée de 12 villes membres, représente 54 % de la population canadienne, 56 % des emplois au Canada et 59 % de son PIB et, entre 2007 et 2012, ces grandes villes comptaient pour 72 % de la croissance du PIB et 90 % de la croissance de l’emploi au Canada. Travaillant de concert, les grandes villes canadiennes que sont Toronto, le Grand Montréal, Vancouver, Ottawa, Calgary, Edmonton, Halifax, Québec, Winnipeg, la région de Waterloo, London et Saskatoon aident les entreprises internationales à déterminer les meilleures stratégies d’expansion commerciale, à améliorer sans cesse la capacité du Canada à attirer de nouveaux investissements et à créer des débouchés commerciaux. Pour plus de renseignements sur l’Alliance « Canada en tête », veuillez consulter le site Web www.canadaentete.com.

Laisser un commentaire