Paul Shrivastava à la tête du secrétariat mondial de Future Earth

Conférence 13 fév

Montréal, le 13 février 2015 – M. Gordon McBean, président du Conseil international pour la science et co-président du conseil d’administration de Future Earth, a annoncé aujourd’hui la nomination du Dr. Paul Shrivastava à la tête du secrétariat mondial de Future Earth, une organisation internationale visant à coordonner la recherche sur les changements environnementaux et le développement durable.

L’événement s’est déroulé en présence de M. Philippe Couillard, premier ministre du Québec; l’honorable Denis Coderre, maire de Montréal; M. David Heurtel, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques; M. Robert Poëti, ministre des Transports et ministre responsable de la région de Montréal; Mme Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie; Mme Dominique Anglade, présidente-directrice générale de Montréal International; M. Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec, ainsi que les représentants des établissements universitaires montréalais et du milieu québécois de la recherche.

« Future Earth est le programme de recherche mondial le plus important à l’échelle internationale. L’engagement du Québec et de Montréal, l’un des cinq pôles mondiaux de Future Earth, ainsi que la nomination du Dr. Shrivastava comme directeur exécutif du secrétariat mondial, permettront de soutenir les recherches internationales sur les changements environnementaux mondiaux, et ce, pour le bénéfice de l’ensemble des communautés dans le monde », a déclaré M. Gordon McBean.

Dr. Shrivastava était jusqu’à tout récemment professeur émérite et directeur du Centre David O’Brien pour l’entreprise durable, à l’École de gestion John Molson de l’Université Concordia. Il dirige maintenant le secrétariat mondial de Future Earth, composé de cinq pôles mondiaux à Montréal (Canada), à Paris (France), à Tokyo (Japon), à Stockholm (Suède) et à Boulder (États-Unis). Ceux-ci seront complétés par un ensemble de pôles régionaux au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Amérique latine, en Europe, en Asie et en Afrique.

« Je suis honoré de pouvoir diriger le secrétariat mondial de Future Earth, qui regroupe des milliers de scientifiques au sein de centaines de pays à travers le monde. Le secrétariat facilitera et coordonnera entre autres les activités de recherche mondiales, la communication et le renforcement des capacités. J’ai très hâte de rejoindre une équipe de professionnels et de scientifiques de très haut calibre et engagés dans le développement durable », a déclaré Dr. Shrivastava.

« Les métropoles du monde sont de plus en plus appelées à intervenir directement dans les questions de développement durable et de changements climatiques. La venue de Future Earth et la nomination du Dr. Shrivastava démontrent à la fois l’excellence de la recherche montréalaise et l’importance stratégique de Montréal en tant que plaque tournante qui favorise la collaboration et les échanges autour des grands enjeux internationaux », a déclaré le maire de Montréal, M. Denis Coderre.

L’arrivée de Future Earth à Montréal est également le fruit d’une collaboration fructueuse entre Montréal International, les Fonds de recherche du Québec, des établissements universitaires montréalais (Université Concordia, Université McGill, Université de Montréal, UQAM, INRS, ÉTS, Polytechnique), et le consortium de recherche sur le climat Ouranos. Le dossier de candidature de Montréal mettait notamment de l’avant le partenariat stratégique des milieux académiques, gouvernementaux et des affaires au sein du consortium. Il soulignait également l’importance du bassin de chercheurs montréalais déjà engagés à mieux comprendre les enjeux en matière de durabilité.

« L’arrivée de Future Earth nous permet de voir encore plus grand et de renforcer nos partenariats, tant locaux qu’internationaux, avec tous ceux qui ont à cœur la recherche sur les enjeux environnementaux et le développement durable, où qu’ils soient sur la planète », a déclaré Mme Dominique Anglade, présidente-directrice générale de Montréal International. « Future Earth fait maintenant partie des quelque 60 organisations internationales déjà établies à Montréal et qui contribuent chacune au développement d’une métropole unique, multiculturelle et ouverte sur le monde », a-t-elle ajouté.

« Avec la nomination de Paul Shrivastava comme directeur exécutif et la désignation de Montréal comme l’un des pôles mondiaux de Future Earth, le Québec scientifique prend une sérieuse option comme chef de file international en matière de recherche sur le développement durable et les changements climatiques. Ces deux choix traduisent manifestement l’excellence de la recherche québécoise dans ces domaines », a affirmé M. Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec.

À propos de Future Earth

Future Earth est une plateforme de recherche mondiale fondée il y a dix ans, dont l’objectif est de fournir les connaissances et le soutien pour propulser notre monde vers le développement durable. L’organisme réunit trois programmes sur les changements environnementaux mondiaux : le Programme International Géosphère Biosphère (IGBP), l’International Human Dimensions Programme (IHDP) et Diversitas. Il collabore aussi activement au Programme mondial de recherches sur le climat (PMRC), encourage les nouvelles recherches et sollicite la participation des collectivités concernées. Future Earth cherche à mettre au point de nouvelles méthodes en recherche internationale afin de regrouper plusieurs disciplines autour d’un même objectif de recherche. L’organisme sert également de plateforme internationale en matière d’engagement pour assurer que les connaissances soient développées en collaboration avec la société et la communauté scientifique.

À propos de l’Alliance en Sciences et Technologie pour la Durabilité Globale

L’Alliance en Sciences et Technologie pour la Durabilité Globale est un partenariat international informel qui rassemble des intervenants des secteurs de la recherche et du financement à l’échelle internationale et qui commandite Future Earth. Les principaux membres de l’Alliance sont le Conseil international pour la science (CIUS), le Conseil International des Sciences Sociales (CISS), l’IGFA/Belmont Forum, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), l’Université des Nations Unies (UNU) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

À propos de Montréal International

Créé en 1996, Montréal International (MI) est issu d’un partenariat privé-public. Sa mission est d’agir comme moteur économique du Grand Montréal pour attirer de la richesse en provenance de l’étranger, tout en accélérant la réussite de ses partenaires et de ses clients. MI a comme mandats d’attirer dans la région métropolitaine des investissements étrangers, des organisations internationales et des talents stratégiques, ainsi que de promouvoir l’environnement concurrentiel du Grand Montréal. L’organisme à but non lucratif est financé par le secteur privé, les gouvernements du Canada et du Québec, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et la Ville de Montréal.

À propos des Fonds de recherche du Québec

Relevant du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, les Fonds de recherche du Québec (FRQ) ont pour mission d’assurer le développement stratégique et cohérent de la recherche québécoise et de la soutenir financièrement, d’appuyer la formation des chercheurs, d’établir les partenariats nécessaires à la réalisation de leur mission et de promouvoir et soutenir la mobilisation des connaissances.

Laisser un commentaire