MI recommande de miser sur les travailleurs temporaires spécialisés et les étudiants internationaux

Montréal, le 3 février 2015 – Dans le cadre des consultations publiques vers une nouvelle politique québécoise en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion, Montréal International (MI) recommande au gouvernement du Québec d’arrimer sa politique d’immigration économique aux besoins du marché du travail en misant sur les travailleurs temporaires spécialisés et les étudiants internationaux. Les recommandations de MI visent notamment à élargir le bassin de candidats potentiellement admissibles au Programme d’expérience québécoise (PEQ), qui accélère le processus d’obtention d’un Certificat de sélection du Québec (CSQ), ce qui permettrait de tripler le nombre de dossiers finalisés annuellement d’ici 2018.

« Le Québec doit relever les défis du vieillissement de la population et de la raréfaction de la main-d’œuvre; sa croissance économique en dépend », a déclaré Mme Dominique Anglade, présidente-directrice générale de Montréal International. « La disponibilité de main-d’œuvre qualifiée et expérimentée est un facteur clé dans l’attraction d’investissements étrangers, au même titre que l’accès aux marchés et la compétitivité des coûts d’opération. Toutefois, de plus en plus d’entreprises établies dans le Grand Montréal éprouvent des difficultés à combler certains postes clés et doivent recruter à l’étranger, en participant notamment aux missions de recrutement international « Journées Québec » pour trouver la perle rare », a-t-elle ajoutée.

Selon MI, l’immigration est un vecteur clé de prospérité pour le Québec. « Les travailleurs temporaires spécialisés répondent à un besoin immédiat des employeurs du Grand Montréal et représentent des candidats idéaux pour l’immigration permanente. Quant aux étudiants internationaux, ils forment un important bassin à haut potentiel d’intégration. Il est donc fondamental de mieux les soutenir dans leurs démarches d’immigration et de faciliter leur admission au Québec », a déclaré Mme Anglade.

Ainsi, dans son mémoire, MI priorise deux axes d’intervention :

  • L’attraction et l’admission des travailleurs temporaires spécialisés

Faciliter l’admission des travailleurs temporaires spécialisés pour répondre aux besoins urgents du marché du travail et accompagner les entreprises québécoises des secteurs de pointe dans le recrutement international.

  • La rétention des travailleurs temporaires spécialisés et des étudiants internationaux

Revoir certains critères relatifs au PEQ et à la grille de sélection pour l’émission des certificats de sélection du Québec, informer plus d’étudiants internationaux sur les avantages et le processus d’obtention de la résidence permanente, et réduire les délais de traitement pour la portion fédérale du processus d’obtention de la résidence permanente.

La mise en œuvre de ces recommandations permettrait à un plus grand nombre de candidats d’être admissibles au PEQ et de faire augmenter le nombre de dossiers finalisés de 5 000 en 2014 à 15 000 en 2018.

On estime qu’environ 54 000 travailleurs temporaires spécialisés et étudiants internationaux étaient présents au Québec en 2013, dont plus des trois quarts dans le Grand Montréal. Selon un sondage mené par Montréal International, en partenariat avec le Conseil emploi métropole, 58 % des travailleurs temporaires spécialisés et 51 % des étudiants internationaux souhaiteraient demeurer dans le Grand Montréal après l’expiration de leur statut temporaire.

Le mémoire de Montréal International, incluant le détail des recommandations, peut être consulté en ligne, en cliquant ici.


À propos de Montréal International

Créé en 1996, Montréal International (MI) est issu d’un partenariat privé-public. Sa mission est de contribuer au développement économique du Montréal métropolitain et d’accroître son rayonnement international. MI a comme mandats d’attirer dans la région métropolitaine des investissements étrangers, des organisations internationales et des talents stratégiques, ainsi que de promouvoir l’environnement concurrentiel du Grand Montréal. L’organisme à but non lucratif est financé par le secteur privé, les gouvernements du Canada et du Québec, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et la Ville de Montréal.

Depuis sa création, MI a contribué à l’attraction de projets d’investissements directs étrangers d’une valeur de 10,6 milliards de dollars dans le Grand Montréal, lesquels ont entraîné la création ou le maintien de près de 52 000 emplois. À ce jour, MI a également contribué à l’établissement de près de la moitié des quelque 60 organisations internationales présentes dans la métropole ainsi qu’à la venue et à la rétention de plus de 9 000 travailleurs stratégiques internationaux.

Laisser un commentaire