Alten et le Grand Montréal : les raisons du coup de foudre

Alten et le Grand Montréal : les raisons du coup de foudre                                             

La présence des leaders

Que ce soit dans l’informatique ou l’aéronautique, les principaux marchés d’Alten, le Grand Montréal regroupe une grande concentration de chefs de file internationaux. En 2013, les deux tiers des 1,28 G$ d’investissements directs étrangers attirés par Montréal International l’ont été dans ces deux secteurs.

Le dynamisme du marché

Le PIB montréalais du secteur des technologies de l’information et des communications a connu une augmentation de 25 % entre 2002 et 2012, pour atteindre 15,5 G$. « Compte tenu de ce taux de croissance, la métropole est sans contredit le meilleur endroit pour s’établir et développer des affaires. L’avenir de l’informatique au Canada se joue ici. »

Le calibre et la diversité de la main d’œuvre

Selon une étude menée par Aon Hewitt, la métropole québécoise se situe au 3e rang nord-américain et au 4e rang mondial pour le faible risque global associé au recrutement, à l’emploi et à la relocalisation de la main-d’œuvre. Composé de 2 millions de travailleurs, le marché du travail se caractérise par une croissance stable, le bilinguisme (54 %), une forte concentration d’emplois dans la haute technologie (7,3 %) et une grande diversité de compétences.

Alten-FR

Maxime Leca, vice-président, Opérations, Alten Canada

« Dans les secteurs de haute technologie, Montréal est à la fois un bon terrain d’atterrissage et un excellent tremplin pour conquérir le marché nord-américain. C’est vrai pour les entreprises françaises, parce que le fait francophone favorise une intégration rapide. Mais c’est vrai aussi pour celles qui viennent d’ailleurs, grâce à la grande mixité linguistique et culturelle. »