Ajouter

Le Grand Montréal mieux outillé pour l’attraction de projets d’investissement

En tant qu’agence de promotion des investissements, Montréal International ne peut que se réjouir de certaines mesures incluent dans la nouvelle Politique économique du Québec, Priorité emploi, rendue publique le 7 octobre 2013. En effet, plusieurs bonnes nouvelles pour l’attraction d’investissement y étaient annoncées.

Premièrement, le gouvernement du Québec a décidé d’utiliser des surplus d’électricité pour attirer des investissements. Il rend ainsi disponible 50 TWh dans le cadre de l’offre tarifaire intitulée Investissements-emplois. Ce tarif sera pour les nouveaux investissements requérant de nouvelles charges de 15 MW et plus dans les secteurs du centre de données, technologies de l’information, transformation des ressources naturelles, fabrication de composantes liées à l’électrification des transports et fabrication de composantes liées aux énergies renouvelables et aux technologies vertes. Selon l’article, L’électricité sera vendue au rabais pour attirer les investisseurs, publié dans Le Devoir du mardi 8 octobre, « le tarif offert oscillera autour de celui des contrats spéciaux – environ 3 cent /kWh ou 30 millions de dollars/TWh- avant d’être progressivement relevé au niveau du tarif industriel habituel, le tarif L – de 4,5 à 5 cent/kWh ou 45 à 50 millions de dollars/TWh- au terme des dix premières années ».

Deuxièmement, le gouvernement annonce des modifications au congé d’impôts pour les grands projets d’investissement, le C2i. Mise en place suite au budget 2013-2014, le C2i est un congé fiscal de dix ans pour les projets d’investissement de 300 millions de dollars et plus dans le secteur manufacturier, du commerce de gros et de l’entreposage, ainsi que du traitement et de l’hébergement de données. La nouvelle politique économique du Québec annonce la réduction de 300 millions de dollars à 200 millions de dollars du seuil d’investissement requis pour avoir droit au congé d’impôt pour les grands projets d’investissement.

Troisièmement, les bonifications du programme ESSOR et du Fonds de développement économique sont d’excellentes nouvelles. La nature de la bonification du programme ESSOR n’est malheureusement pas précisée dans le document. Mais pour ce qui est du Fonds du développement économique, le gouvernement à décider d’y injecter 50 M$ afin d’attirer davantage de projets majeurs d’investissement dans le secteur du transport électrique.

Finalement, le renouvellement du financement des grappes jusqu’en 2017-2018, et les annonces prochaines de la Politique nationale de la recherche et de l’innovation (581 M$ sur 3 ans), de la Politique industrielle québécoise (709 M$ sur 3 ans), du Plan de développement du commerce extérieur (82 M$ sur 3 ans) et de la Stratégie d’électrification des transports (516 M$ sur 3 ans) devrairnt permettre à la métropole de continuer son développement et ainsi rester un pôle d’attraction pour les entreprises à haute valeur ajoutée.

Francis Langlois, Analyste, Direction des études économiques

Laisser un commentaire