Ajouter

Le Grand Montréal offre les meilleures conditions d’accueil aux étudiants internationaux sur la planète

17 juillet 2013

The Economist Intelligence Unit et la Bank of Communications viennent de publier le Sea Turtle Index, un indice qui compare l’attractivité de 80 métropoles pour l’accueil d’étudiants internationaux inscrits au 1er cycle universitaire. Le Grand Montréal se classe en 1ère position de ce classement. Londres et Hong Kong occupent les 2e et 3e rangs.

En Chine, l’expression « tortues de mer », ou sea turtles, fait référence aux étudiants qui se déplacent à l’étranger pour étudier dans les meilleures universités au monde et vivre une expérience culturelle riche dans le but d’en tirer profit à leur retour, dans leur pays d’origine.

Selon The Economist Intelligence Unit, le Grand Montréal est un environnement particulièrement ouvert aux étudiants internationaux et à leur famille. Outre la qualité de l’éducation, la métropole québécoise jouit de politiques favorisant l’immigration et offre de bonnes opportunités d’emploi après les études. Son ouverture aux investisseurs étrangers et sa diversité culturelle en font une destination de choix pour les étudiants internationaux.

Pour déterminer l’indice global de chacune des régions métropolitaines à l’étude (sur 100), The Economist Intelligence Unit a analysé plusieurs indicateurs classés en 5 grandes catégories, correspondant aux principaux facteurs de localisation des étudiants internationaux. Ces 5 catégories sont les suivantes :

  1. Rendement – Éducation : La qualité et la réputation de l’éducation par rapport à son coût
  2. Rendement – Financier : Le degré d’ouverture du marché financier aux investisseurs étrangers, ses perspectives de croissance et son risque
  3. Rendement – Immobilier : Le degré d’ouverture du marché immobilier aux investisseurs étrangers, son rendement potentiel et son risque
  4. Expérience professionnelle : Les perspectives de carrière, le niveau des salaires et d’imposition
  5. Expérience sociale : La richesse de l’expérience culturelle et sociale, l’ouverture sur le monde, le multiculturalisme et la sécurité

Le Montréal métropolitain s’est notamment classé 1er, ex aequo avec Londres, pour l’expérience sociale, 4e pour l’expérience professionnelle et 6e pour le rapport qualité/coût de l’éducation.

Selon l’OCDE, il y avait plus de 4,1 millions d’étudiants à l’enseignement supérieur qui étaient en mobilité internationale en 2010. Ces étudiants ont dû choisir entre différentes destinations d’études de haut niveau. Pour un étudiant, le fait d’étudier à l’étranger constitue une occasion exceptionnelle d’accéder aux meilleurs systèmes d’éducation, d’élargir leurs horizons, d’apprendre une langue étrangère, d’enrichir leurs réseaux de contacts, de mieux comprendre les cultures et les pratiques commerciales dans le monde et d’améliorer leurs perspectives professionnelles. De plus en plus, les études à l’étranger peuvent également représenter un tremplin vers l’immigration et sont recherchées à ce titre.

Bref, il s’agit d’une excellente nouvelle pour le Grand Montréal. Elle vient confirmer l’attractivité croissante de la métropole pour les étudiants internationaux et les talents stratégiques étrangers en général. En 2010, selon le ministère de l’Éducation, du Loisir et du sport du Québec (MELS), plus de 20 000 étudiants internationaux avaient choisi la métropole. Selon Statistique Canada (2013), le Grand Montréal se classait 1er au Canada à ce chapitre en 2010.

Note : Le poids accordé à chacune des cinq catégories d’indicateurs analysées varie. La catégorie « Rendement – Éducation » s’est vue attribuer le poids le plus important (40 %).

Mathieu Lefort,
Analyste principal, Direction des études économiques, Montréal International

Laisser un commentaire