Au cours de la dernière décennie, le Grand Montréal s’est positionné parmi les principaux pôles mondiaux du secteur des effets spéciaux cinématographiques. Ce succès n’est pas le fruit du hasard. En effet, tant l’ingéniosité que le talent artistique d’entrepreneurs québécois ont permis l’éclosion, puis la croissance fulgurante de ce secteur.

Une approche sectorielle qui a fait ses preuves

Afin de soutenir la croissance de l’industrie des effets spéciaux, le gouvernement du Québec a mis en place un cadre fiscal avantageux répondant aux besoins de l’industrie, dont le crédit d’impôt pour services de production cinématographique et celui pour le multimédia.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant d’assister depuis quelques années à l’implantation et au développement à Montréal de nombreux studios spécialisées en effets visuels et en réalité virtuelle. La récente annonce de Cinesite qui ouvre un nouveau studio d’animation dans la région, s’insère dans cette tendance de plus en plus marquée, renforçant encore au passage la notoriété de la région en tant qu’un des pôles mondiaux de l’industrie.

Image extraite de Klaus, le premier de 9 films d'animations que Cinesite produira à Montréal

Image de « Klaus », le premier de 9 films d’animations que Cinesite produira à Montréal

Au cours des dernières années, plusieurs studios de renommée mondiale se sont installés dans le Grand Montréal, notamment BUF, Technicolor, Framestore, Mikros, Atomic Fiction, Unity et Maxon. Ces filiales s’ajoutent aux studios locaux d’effets visuels et de réalité virtuelle, citons Autodesk, Rodéo FX, Cirque du Soleil, Digital Dimension, Moment Factory, Felix & Paul, Minority Media ou encore VRvana, pour ne nommer que ceux-là.

Une relève entrepreneuriale en pleine ascension

Parmi les 50 entreprises émergentes les plus dynamiques au Canada identifiées dans le palmarès Technologie Fast 50MC 2015 de Deloitte, 8 des 10 lauréates du Grand Montréal sont en TIC. Parmi celles-ci, trois figurent dans le top 5!

En parallèle à ces réussites, l’écosystème de start-ups montréalais se positionne parmi les de plus en plus haut sur la scène internationale. Coup sur coup, le Grand Montréal s’est hissé au 16e rang du rapport 16 emerging startup hubs to watch in 2016 et au 20e rang dans le classement Global Startup Ecosystem Report 2015. Il semble bien que nous assistions en direct à l’éclosion de plusieurs des entreprises qui constitueront les fleurons de l’économie du Grand Montréal d’ici quelques années!

La créativité montréalaise à l’honneur

La main-d’œuvre du Grand Montréal se démarque pour sa créativité. Uniquement dans les industries reliées aux TIC, on y compte plus de 92 000 travailleurs, dont 35 000 développeurs de logiciels compétents et souvent bilingues. L’industrie de la production cinématographique compte à elle seule plus de 12 500 emplois, dont 1 000 travailleurs œuvrent directement en animation 2D-3D et en effets visuels. Et, chaque année, s’ajoute à ce vaste bassin de talents près de 10 400 étudiants universitaires inscrits dans des programmes reliés aux TIC.

Plusieurs événements et salons internationaux allient cet esprit créatif à l’entrepreneuriat. C’est le cas, dans l’industrie des effets visuels, de la conférence internationale Effects MTL 2016, qui aura lieu les 1er et 2 juin prochains, à Montréal. Le commerce et la créativité sont également fusionnés dans le cadre de C2MTL, un événement d’envergure internationale de plus en plus reconnu dans les milieux des technologies numériques, de la réalité virtuelle et des start-ups.

 

Laisser un commentaire