Les startups du Grand Montréal prennent du galon

L’avenir de l’économie du Grand Montréal se dessine sous nos yeux et les entreprises innovantes de la région y contribuent grandement. Un exemple récent de cette tendance nous provient de la firme Deloitte, qui a publié ce mois-ci la 18e édition de son palmarès canadien Technologie Fast 50MC 2015. Ce classement souligne les mérites des 50 sociétés canadiennes enregistrant la croissance la plus rapide des revenus en pourcentage sur cinq ans.

montreal_startup

Parmi les 50 lauréates en 2015, le Grand Montréal se démarque avec une récolte de 10 nominations, soit 20 % du total canadien. Considérant que l’économie montréalaise représente environ 10 % du PIB canadien, il s’agit d’une excellente performance pour la région!

Les technologies de l’information à l’honneur

Le détaillant de vêtements pour hommes en ligne Frank & Oak domine l’édition 2015 du classement, avec une croissance mirobolante de près de 18 500 % sur 5 ans! Deux autres entreprises du Grand Montréal issues du secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) figurent également dans le top 5 du classement. Il s’agit de Amaya Inc. et Budge Studios, qui affichent une croissance sur cinq ans de près de 3 650 % et 2 500 %, respectivement.

En fait, parmi les 10 lauréates provenant du Grand Montréal, 8 œuvrent dans les industries reliées aux TIC. En plus de celles mentionnées précédemment, on recense aussi Adrenaline Amusements, eXplorance, CM Labs Simulations, CloudOps et Etelesolv. Les deux autres entreprises gagnantes de la région sont 5N Plus Inc. (production de sels et métaux) et Thinking Capital (services financiers).

Un pôle technologique innovant en pleine ascension

En raison des critères de sélection, ce sont principalement des start-ups innovantes qui parviennent à se qualifier au Technologie Fast 50MC. En effet, les lauréates sont de jeunes entreprises qui doivent être en activité depuis au moins cinq ans, générer des revenus d’au moins 5 M de dollars, avoir leur siège social au Canada et exercer des activités de recherche et développement au Canada. Pour le Grand Montréal, le fait d’avoir autant de lauréates constitue donc un signe évident de la bonne santé de son écosystème de start-ups.

D’ailleurs, plus tôt cette année, Compass a publié son classement annuel des 20 principaux pôles de startups au monde, le Startup Ecosystem Ranking et, pour la première fois, le Grand Montréal s’est classé dans le top 20. Son bassin de talents de haute qualité, ses faibles coûts d’exploitation ainsi que des crédits fiscaux compétitifs constituent les principales raisons de cette impressionnante progression. La performance du Grand Montréal dans ce classement sera à surveiller étroitement au cours des prochaines années.

Un futur prometteur pour le Grand Montréal

montreal_saisons

Illustrations: Caroline Lavergne @CarolineDessine

Devant ces réussites incontestables, on ne peut plus parler de Montréal comme étant un pôle émergent en startups. La métropole est plutôt devenue, au fil de nombreux efforts et du temps, un centre majeur d’innovation en haute technologie de calibre mondial. Ce n’est pas pour rien que l’on compare de plus en plus Montréal à la Sillicon Valley, comme en témoigne cette brillante comparaison illustrée par la startup montréalaise Busbud et destinée aux jeunes entrepreneurs.

Laisser un commentaire