Ajouter

Les talents avant tout

La mondialisation des chaînes de valeurs, la croissance rapide des pays émergents et les avancées technologiques ont bouleversé les économies des pays développés dans les dernières années. L’ultime séance plénière de la Conférence de Montréal du Forum économique international des Amériques, portant le titre « Nouveau cycle économique et innovation : vers une nouvelle ère industrielle » s’intéressait précisément à ce bouleversement. Les différents conférenciers en sont tous venus à la conclusion que la clé du succès pour les économies développés dans ce nouveau contexte économique mondial est de miser sur une main-d’œuvre compétente et éduquée.

D’emblée, Diane Brady, rédactrice en chef de Bloomberg Businessweek a donné le ton à cette présentation en demandant aux quatre conférenciers ce que les décideurs politiques des pays industrialisés devront faire pour s’assurer d’avoir une économie prospère dans la nouvelle ère industrielle. Unanimement, ils ont tous répondu qu’il est primordial de contribuer à un climat permettant le plein développement des talents.

Entre autres, Christopher Viehbacher, directeur général de Sanofi, a expliqué que lorsque son entreprise est en processus d’expansion, il « regarde avant tout où les talents se trouvent ». En ajoutant que pour former des bons talents, il faut un bon système d’éducation de base et des universités performantes pour permettre la spécialisation de ceux-ci.

Le Grand Montréal a justement obtenu le titre de meilleure ville universitaire au Canada, 2een Amérique du Nord et 10e au monde dans le dernier classement QS Best Student Cities. Avec plus de 170 000 étudiants et plus de 40 000 nouveaux diplômés universitaires par année, la région de Montréal se positionne comme le leader universitaire du Canada.

Sans compter que le Québec (les données n’existent pas pour le Grand Montréal) a extrêmement bien fait lors de la dernière enquête PISA de l’OCDE qui mesure le niveau d’acquis scolaire des élèves de 15 ans à travers 34 pays. Il a notamment mérité le premier rang au Canada et le deuxième dans le monde occidental en mathématiques et est arrivé au premier rang des régions francophones, toutes catégories confondues.

Une conférence de renommée internationale

Se tenant du 10 au 13 juin dernier, la Conférence de Montréal du Forum économique international des Amériques se déroulait sous le thème « un nouveau cycle économique, nouvelles réalités, nouvelles possibilités ». Cette rencontre annuelle en était à sa 19eédition.

Visant à accroître les échanges internationaux et les occasions d’affaires, la conférence de Montréal a pour mission de développer la connaissance des grands enjeux de la mondialisation des économies en mettant l’accent sur les relations entre les Amériques et les différents continents.

À l’instar des conférences des années précédentes plusieurs des têtes les plus influentes de la planète étaient réunies pour discuter des enjeux d’aujourd’hui et de demain. Parmi ceux-ci se trouvaient David Walker, président de la banque Barclays, R. Jeffrey Orr, président et chef de la direction de Corporation Financière Power, Angel Gurria, secrétaire général, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE),Carlos da Silva Costa, gouverneur de la Banque du Portugal, Strobe Talbott, président de la Brookings Institution, Michel Brunet, président de Dentons Canada, Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, Gérard Mestrallet, président-directeur général de GDF Suez, Khudier Alkhuzaue, vice-président d’Irak, Christohper Viehbacher, directeur général pour Sanofi, Dominic Barton, directeur général chez Mckinsey & Company.

Francis Langlois,
Analyste, Direction des études économiques

Laisser un commentaire