Pourquoi Montréal remporte la course à l’intelligence artificielle

Au cours des dernières années, Montréal s’est positionnée en tête au sein des communautés internationales dans divers domaines technologiques.

Berceau de Bombardier, la métropole est depuis longtemps un pôle majeur de l’aérospatiale.

Centre de recherche de l’industrie pharmaceutique, elle est aussi considérée comme l’une des principales plaques tournantes des jeux et des effets visuels, accueillant des géants comme Ubisoft et Framestore.

Outre ces châteaux forts, un domaine émergent soulève un enthousiasme grandissant, révélateur de ce que l’avenir nous réserve.

Suivant la croissance rapide du secteur de l’intelligence artificielle (IA) à Montréal observée au cours des deux dernières années, la ville s’impose comme un leader en Amérique du Nord et dans le monde entier.

shutterstock_1009129537-AI

En effet, il ne se passe pas une semaine sans qu’on y annonce l’arrivée de nouvelles entreprises ou le démarrage de nouveaux projets; on y recense un bassin de chercheurs talentueux comme nulle part ailleurs; les gouvernements prennent des engagements financiers structurants et un écosystème de startups y est en pleine ébullition.

Peu de villes peuvent se targuer d’accueillir des groupes tels que Facebook AI Research, Microsoft Research, Google Brain, DeepMind, Samsung Research et Thales cortAIx.

Qui plus est, Montréal comprend de nombreux centres de recherche reconnus mondialement, notamment l’IVADO, le Center for Intelligent Machines de l’Université McGill et l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA).

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que selon certains Montréal est devenue le lieu idéal pour fonder une startup en intelligence artificielle. La métropole a d’ailleurs obtenu le plus d’investissements en capital de risque au Canada au cours du premier trimestre de 2018, et un nouveau cycle de financement est annoncé presque chaque jour.

Ce déferlement d’entreprises en démarrage a commencé il y a deux ans à peine, quand Element AI a réuni le plus important financement de série A pour une jeune entreprise en IA. Automat lui a emboîté le pas avec sa série A, puis Lyrebird a obtenu des fonds auprès de sociétés de capital de risque parmi les plus réputées de la Silicon Valley.

Dernièrement, mnubo, Algolux et C2RO ont toutes réussi à boucler un cycle de financement. Et ce n’est là que la pointe de l’iceberg.

Des accélérateurs d’entreprises d’IA parmi les plus performants au monde collaborent avec ces entreprises en démarrage ici même à Montréal. Founderfuel est l’accélérateur d’entreprises technologiques qui exerce ses activités depuis le plus longtemps au Canada et plusieurs le considèrent comme le véritable catalyseur du mouvement entrepreneurial au pays.

shutterstock_693405871-Montreal-AI

Montréal accueille aussi le Creative Destruction Lab, un nouveau joueur sur l’échiquier, mais dont le tableau de mentors affiche les cerveaux parmi les plus brillants de la planète. Où ailleurs pourrait-on obtenir les conseils de Patrick Pichette, l’ancien directeur financier de Google? TandemLaunch, un autre accélérateur de premier plan, a créé certaines des startups technos les plus performantes du monde par un financement de démarrage d’entreprises à vocation scientifique et en constituant des équipes d’affaires autour d’elles.

Le succès de son modèle se confirme par le financement complémentaire obtenu par la majorité de ses finissants (y compris Algolux et C2RO mentionnées plus haut).

Dernier élément, mais non le moindre, Techstars – sans doute le meilleur accélérateur du monde – a choisi notre ville pour lancer son premier accélérateur en IA.

On ne risque donc pas de se tromper en disant que Montréal est le lieu idéal pour une jeune pousse en IA.

Un facteur en revanche, plus que tout autre, a donné à Montréal son enviable position de leader mondial en IA : la qualité et l’engagement des professeurs de son milieu universitaire.

À preuve, les multiples articles parus au sujet de Yoshua Bengio, l’un des pionnierarrains de l’apprentissage profond, de Joëlle Pineau et Donna Precup, des professeures renommées en apprentissage par renforcement à la prestigieuse Université McGill, d’Hugo Larochelle, qui dirige le laboratoire montréalais de Google Brain après avoir fait partie de Twitter Cortex, et d’innombrables autres professeurs.

Mais qu’est-ce qui distingue ce secteur et ces professeurs de ceux des autres villes?

L’ouverture et la volonté de travailler en équipe. Peu importe leur appartenance, ces chercheurs privilégient la collaboration plutôt que la concurrence, œuvrant ensemble à la promotion et à l’essor de la communauté IA de Montréal.

Ensemble, ils ont tourné des vidéos, coanimé des événements et même amassé plus de 100 000 $ pour des organismes de bienfaisance.

Rares sont les secteurs où l’on retrouve un groupe d’individus qui font preuve d’une telle collaboration et d’un tel dévouement envers leur ville.

Voilà qui confère à la métropole un avantage injuste et qui explique pourquoi Montréal continuera d’être un leader mondial en intelligence artificielle.

L’écosystème de startups en plein essor, l’établissement de géants de l’IA dans la ville, la qualité des professeurs et des leaders du secteur, ainsi que leur esprit de collaboration exceptionnel font en sorte que Montréal occupe la position de tête dans la course à l’IA.

Une position qu’elle n’est pas prête de perdre de sitôt. 

Découvrez-en plus à propos du singulier écoystème de l’intelligence artificielle de Montréal

Mark Maclean

Mark Maclean est directeur principal, Amériques Ouest et latine et Entrepreneuriat à Montréal International. Il s’emploie à promouvoir le milieu d’affaires montréalais auprès de sociétés étrangères, les aidant à s’établir dans le Grand Montréal ou y à étendre leurs activités.