Le succès montréalais à l’affiche dans un cinéma près de chez vous

Pourquoi les entreprises Cinesite, Atomic Fiction, BUF, Technicolor, Framestore ou encore Moving Picture Company (MPC) ont choisi de s’établir dans le Grand Montréal ? Voici quelques réponses.

Si vous appréciez vous divertir avec des productions cinématographiques telles que X-Men : Days of Future Past, Cinderella, Into the Woods, RoboCop, Edge of Tomorrow ou encore Dracula, sachez qu’il y a une part du génie montréalais sur votre écran. En fait, quelque 170 tournages de films étrangers ont été réalisés dans le Grand Montréal au cours des cinq dernières années et l’expertise québécoise en post-production et effets spéciaux y est pour beaucoup.

x-menX-Men: Days of Future Past – les scènes de Washington D.C ont été filmées à Montréal

Les réalisations des studios montréalais ne s’arrêtent pas qu’aux grands et petits écrans. Pensons, entre autres, aux effets visuels réalisés par Moment Factory lors de la prestation de Madonna à la mi-temps du Super Bowl 2012 et de l’illumination de la  Sagrada Familia à Barcelone, ainsi qu’aux spectacles du Cirque du Soleil, de Céline Dion, d’Arcade Fire et de Nine Inch Nails.

Ce n’est pas sans raison que White Star Capital, un fonds anglais qui investit dans l’amorçage et le démarrage de filières prometteuses dans l’industrie des technologies de l’information et des communications, a annoncé en janvier dernier l’ouverture d’un bureau à Montréal!

Le Grand Montréal vous fait de l’effet

Au cours de la dernière décennie, le Grand Montréal est véritablement devenu l’un des plus importants pôles mondiaux du secteur des effets spéciaux cinématographiques. Ce success story n’est pas le fruit du hasard. En effet, l’ingéniosité et le talent artistique des entrepreneurs implantés dans la région ont permis l’éclosion, puis la croissance fulgurante de ce secteur. Parmi les principaux joueurs montréalais, citons AutodeskRodéo FXModus FXTechnicolor, Mokko StudioDigital Dimension, Moment Factory, Hybrid et Vision Globale, pour ne nommer que ceux-là. Il faut dire que l’industrie peut compter sur un bassin de plus de 35 000 développeurs de logiciels créatifs dont la réputation n’est plus à faire depuis longtemps.

Un soutien à l’industrie qui rapporte gros

Le régime fiscal québécois du secteur des effets spéciaux cinématographiques est l’un des plus généreux au monde.  Afin de soutenir la croissance du secteur des effets spéciaux, du multimédia et du cinéma, le gouvernement du Québec a mis en place un cadre fiscal avantageux répondant aux besoins de l’industrie. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant d’assister depuis quelques années à l’implantation et au développement à Montréal de nombreuses filiales de sociétés étrangères spécialisées dans les effets visuels.

 Le Grand Montréal, un lieu de création et d’innovation!

Montréal International

Laisser un commentaire