Ajouter

Travailleurs étrangers temporaires qualifiés : contribution aux TIC du Grand Montréal

Montréal International, en partenariat avec le Conseil emploi métropole, a mandaté le cabinet conseil KPMG de réaliser une étude visant à mesurer la contribution des travailleurs étrangers temporaires qualifiés (TETQ) dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC) du Grand Montréal.

Travailleurs-etrangers-temporaires-qualifies

Découvrez des témoignages inspirants de dirigeants et d’employés qui se démarquent dans le domaine des jeux vidéos, de l’animation visuelle et des effets spéciaux.

Francis Baillet, Vice-président, Affaires corporatives Ubisoft

Erik Gonzales, chef d’équipe éclairage – Moving Picture Company

Chloe Grysole, Directrice Générale VFX – Cinesite Montreal

Julien Rossire, Directeur artistique – Studios d’Animation ON

À propos de l’étude:

L’expansion rapide des technologies de l’information et des communications (TIC) fait naître des opportunités d’affaires mais également des défis auxquels les entreprises du Grand Montréal doivent s’ajuster.

Face à la rareté de la main d’œuvre qualifiée dans plusieurs professions, le recrutement des travailleurs étrangers temporaires qualifiés devient un levier pour combler ce déficit.

Après avoir brossé le profil du domaine des TIC, souligné les enjeux de la croissance et documenté l’apport et le profil des TETQ du domaine des TIC du Grand Montréal au niveau économique et social, l’étude permet de mieux saisir les défis et réalités liées à leur attraction, leur intégration et leur rétention dans la région métropolitaine.

Téléchargez l’étude en cliquant sur le lien suivant:

Étude sur la contribution des travailleurs étrangers temporaires qualifiés du domaine des TIC du Grand Montréal

Une réponse à “Travailleurs étrangers temporaires qualifiés : contribution aux TIC du Grand Montréal”

  1. Lassalle dit :

    Bonjour,

    Témoignage très intéressant.
    Il serait cependant intéressant que les entreprises locales se tournent vers les ressources humaines déjà présentes à montreal et qui cherchent (difficilement) un travail.
    Souvent l’incompatibilité vient de la méconnaissance des codes du marché du travail local, qui empeche les employeurs et les candidats de se rejoindre.
    Hors avec plus de 100 000 Immigrants chaque année, la main d’œuvre, en demande d’emploi, est bien là. Et nous le voyons bien lors des Soirées Cri que nous organisons 6x/an, où 20 à 25% des personnes présentes cherchent un travail dans les TI.

    Quel dommage que cette ressource ne soit pas davantage exploitée ! Surtout qu’il s’agit de candidats plus que qualifiés avec un niveau universitaire et plus de 14 ans d’études en moyenne …

Laisser un commentaire