Ajouter

Une année étincelante pour l’économie du Grand Montréal

Par Christian Bernard

L’économie du Grand Montréal a connu une année 2017 remarquable, comme en témoignent les principaux indicateurs de performance.

Avec une croissance du PIB réel de 3,5 %, la plus forte enregistrée depuis le début du siècle, et une augmentation de l’emploi de 3,6 %, la meilleure performance enregistrée depuis 1998, l’économie du Grand Montréal tourne à plein régime. Les grues s’étalent plus que jamais à perte de vue dans le paysage montréalais, résultat d’une année fertile en grands projets d’investissements privés et publics. De fait, le marché du travail de la métropole a brillé par son dynamisme en 2017, le taux d’activité (67,0 %) et le taux de chômage (6,6 %) ayant atteint des niveaux historiques.

année2017-fr

Le rôle clé de l’international

Cette impulsion économique est également alimentée par une vague d’activités économiques sans précédent en provenance de l’international.

L’immigration internationale a franchi un sommet de plus de 53 000 et le nombre d’étudiants internationaux fréquentant les universités du Grand Montréal a quant à lui bondi de plus de 10 % en 2017. Le trafic aérien et le trafic maritime ont aussi atteint de nouveaux seuils l’année dernière, avec respectivement plus de 18 millions de passagers (+ 9,5 %) et plus de 38 millions de tonnes de marchandises manutentionnées (+ 7,6 %)

L’équipe de Montréal International a quant à elle accompagné un nombre record d’entreprises et de travailleurs internationaux ayant choisi de s’établir et de prospérer dans la métropole en 2017. La grande majorité de ces investissements et de ces talents se retrouve dans les domaines de pointe tels que l’intelligence artificielle, le jeu vidéo, les effets visuels, les sciences de la vie et technologies de la santé, l’aérospatiale et les technologies financières,

En conclusion, à la lumière du rôle prépondérant joué par l’international dans la croissance économique du Grand Montréal en 2017, force est d’admettre que de garder le cap sur notre stratégie d’ouverture économique constitue la meilleure réponse possible au vent de protectionnisme qui secoue la planète.