LA MOBILITÉ INTERNATIONALE

Présenté par Philippe J Rousseau
Avocat, Legault Joly Thiffault

Le marché de l’emploi de la région a beau être dynamique et diversifié, vous pourriez avoir besoin d’embaucher du personnel à l’international. Même si un permis de travail est requis pour tous les professionnels étrangers, les procédures sont simplifiées et rapides dans un grand nombre de cas.

  • Les ressortissants des États-Unis et du Mexique exerçant l’un des 63 métiers couverts par l’ALENA obtiennent leur permis en 5 à 10 jours.
  • Le Canada a signé des accords de libre-échange avec plusieurs pays (tels l’Argentine, le Chili, le Pérou ou la Corée du Sud) facilitant l’obtention, pour les ressortissants de ces pays, d’un permis de travail.
  • Les travailleurs déjà employés par l’entreprise depuis au moins un an dans un autre pays peuvent, s’ils ont des connaissances spécialisées ou exercent des fonctions de gestion, se prévaloir du programme de transfert intra-entreprise. Ils obtiendront, en fonction de leur nationalité, eux aussi leur permis en 5 à 10 jours.
  • Si un travailleur exerce une profession inscrite sur la liste des professions en forte demande au Québec, le processus prend environ 5 semaines, ici encore en fonction de la nationalité du travailleur étranger.
  • Dans tous les autres cas, l’entreprise souhaitant embaucher un travailleur étranger devra, avant de déposer la demande de permis, démontrer qu’elle a fait des efforts raisonnables pour recruter localement. L’ensemble de la procédure (étude d’impact sur le marché du travail, certificat d’acceptation du Québec, demande de permis de travail) prend 2 à 3 mois, ici encore en fonction de la nationalité du travailleur étranger.