Aérospatiale

Ajouter

En un coup d’œil

  • 40 160 emplois dans plus de 200 entreprises 
  • 1er pôle aérospatial au Canada avec 70 % de la R-D, 50 % des ventes et 55 % des effectifs
  • Des ventes totales de 15,5 milliards de dollars
  • Plus de 13 000 ingénieurs et scientifiques
  • Plus de 4500 nouveaux diplômés par année

Sources: MESI, 2015; Aéro Montréal, 2015.

10 bonnes raisons de choisir le Grand Montréal

Le Grand Montréal est un centre névralgique pour l’aérospatiale mondiale. Bombardier, Bell Helicopter Textron, CAE, Pratt & Whitney et plus de 200 entreprises spécialisées y forment une grappe industrielle idéale pour tout investisseur souhaitant conquérir l’Amérique du Nord.

1- Une position stratégique et un accès direct au marché de l’ALÉNA

Le Grand Montréal se situe au cœur d’une vaste zone de libre-échange régie par l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) où se concentrent près de 500 millions de consommateurs.

La région se situe à une heure et demie de vol d’autres grands centres économiques comme Boston et New York, et à moins d’une heure de route de la frontière canado-américaine.

Transport aérien

La région montréalaise est desservie par deux aéroports internationaux, Montréal-Trudeau (passagers) et Montréal-Mirabel (marchandises), ainsi que par un aéroport régional. Une cinquantaine de transporteurs aériens assurent un service sans escale vers quelque 130 destinations au Canada, aux États-Unis et à travers le monde.

Transport maritime

Le port de Montréal, relié à plus de 100 pays dans le monde, offre la liaison la plus directe entre l’Europe et le cœur industriel de l’Amérique du Nord.

carte_Montréal_FR-WEB

Voir la carte de Montréal dans l’Amérique du Nord

2 – Une forte concentration de leaders mondiaux

Vous voulez vous rapprocher des acteurs clés de l’industrie de l’aérospatiale? Bienvenue dans le Grand Montréal, l’une des trois grandes capitales du secteur avec Seattle et Toulouse.

Multinationales ou PME, canadiennes ou étrangères, les quelque 210 entreprises de la grappe aérospatial sont des chefs de file reconnus.

 4 grands maîtres d’œuvre :

  • Bombardier aéronautique
  • Pratt & Whitney Canada
  • CAE
  • Bell Helicopter Textron Canada

Saviez-vous que…

85 % des simulateurs de vols commerciaux dans le monde sont conçus dans la région de Montréal par l’entreprise CAE.

 13 intégrateurs, équipementiers et spécialistes MRO :

  •  Rolls-Royce Canada
  •  Héroux-Devtek
  •  Esterline CMC Électronique
  •  L-3 MAS
  •  GE Aviation
  •  MDA
  •  Sonaca Montréal
  •  Messier-Bugatti-Dowty (Groupe Safran)
  •  Mecachrome Canada
  • Thales Canada (Aéronautique)
  • Aerolia Canada
  • Turbomeca Canada (Groupe Safran)
  • Liebherr-Aerospace Canada

Près de 200 sous-traitants spécialisés et prestataires de services, parmi lesquels C&D Zodiac, Groupe Avianor, RTI Claro, AAA Canada, Marquez Transtech et Marinvent.

Saviez-vous que…

Toutes les trois secondes, un appareil Bombardier décolle ou atterrit quelque part dans le monde.

 

Le grand + du Grand Montréal

OACI, ACI, IFALPA, IATA, CANSO, IBAC… 10 des plus importantes organisations internationales de l’aviation civile et de l’aérospatiale ont leur siège social dans le Grand Montréal. Être proche des centres de décision, c’est bon pour les affaires.

Saviez-vous que…

Au cours des dernières années, Pratt & Whitney Canada a produit plus de 70 nouveaux modèles de moteurs, ce qui constitue un record.

3 – La confiance des investisseurs et les nombreuses opportunités d’affaires

Entre les carnets de commande à honorer et les ambitieux projets en développement comme le nouveau CSeries de Bombardier, l’effervescence est palpable dans toute la région et attire régulièrement de nouveaux investisseurs étrangers.

De nombreuses entreprises européennes et américaines ont récemment choisi de s’implanter dans le Grand Montréal pour se positionner et réussir.

  •  Assistance Aéronautique et Aérospatiale (AAA, France) : 210 emplois
  •  Aeroconseil (France) : + de 50 emplois
  •  Aerolia (France) : 75 M$, 150 emplois
  •  Akka Technologies (France) : 100 emplois
  •  Alten (France) : 200 emplois
  •  Assystem (France) : 100 emplois
  •  Aventis/Drakkar & Associés (France/Canada) : 6,5 M$, 30 emplois
  •  Latécoère (France) : 60 emplois
  •  Liebherr (Suisse) : 9 M$, 35 emplois

Sources: Montréal International, 2011

L’avis d’Aerolia

« Le Grand Montréal possède un tissu industriel aéronautique dense et compétent, un niveau de créativité reconnu et d’excellentes structures de recherche, dont le Conseil national de recherches du Canada avec lequel nous allons collaborer. »

Marie-Agnès Vève, présidente, Aerolia Canada

Les nombreuses opportunités d’affaires

La croissance du secteur et l’évolution rapide des technologies créent sans cesse de nouveaux besoins et ouvrent de nouvelles perspectives pour les entreprises du monde entier qui conjuguent savoir-faire et innovation.

Saviez-vous que…

En une décennie, l’entreprise C&D Zodiac a réalisé l’intérieur de plus de 300 avions d’affaires Bombardier et vu ses effectifs décupler, passant d’une soixantaine d’employés à environ 630 aujourd’hui.

4 – La qualité des talents et de la formation

La grappe aérospatiale et le milieu de l’éducation du Grand Montréal ont un point commun : leur renommée mondiale. Au fil des années, ils ont tissé des liens et façonné des programmes sur mesure – formation de base et formation continue – pour cibler les besoins réels de l’industrie.

 Les entreprises qui s’installent dans la région peuvent donc compter sur :

  • Des programmes de formation spécialisés en aérospatiale offerts par six établissements universitaires
  • Des formations techniques et professionnelles en aérospatiale dispensées par l’École des métiers de l’aérospatiale de Montréal (EMAM), l’École nationale d’aérotechnique (ENA) et l’Institut de formation aérospatiale (IFA)
  • De nouveaux programmes d’études, comme la maîtrise en génie aérospatial, offerte conjointement par six universités au Québec, et le programme de génie des systèmes embarqués en aérospatiale
  • Plus de 5 000 nouveaux diplômés spécialisés chaque année, tous niveaux confondus

Source : Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), 2011

Saviez-vous que…

Un travailleur sur 92 œuvre en aérospatiale dans le Grand Montréal, comparativement à un sur 389 au Canada et un sur 269 aux États-Unis.

 Sources : Bureau of Labor Statistics, 2011 et Statistique Canada, 2011

  •  Une large palette de compétences :
Sélections de professions selon le nombre d’emplois, Grand Montréal, 2012
Soudeurs et opérateurs de machines à souder et à braser 5 600
Ingénieurs et concepteurs en logiciel 5 200
Ingénieurs électriciens et électroniciens 4 900
Ingénieurs en aérospatial 4 300
Ingénieurs en informatique 3 800
Ingénieurs mécaniciens 3 700
Monteurs d’aéronefs et contrôleur d’aéronefs 3 000
Mécaniciens et contrôleurs d’aéronefs 2 400
Mécaniciens, techniciens et contrôleurs d’avioniques et d’instruments d’appareillages électriques d’aéronefs 2 400
Assembleurs, finisseurs et contrôleurs de produits en plastique 1 500

 Source : Statistique Canada, 2013

Saviez-vous que…

Le Canada possède la main-d’œuvre la plus éduquée au monde, avec la plus haute proportion de diplômés post-secondaire parmi les pays de l’OCDE.

Source : Organisation pour la Coopération et le Développement Économique, 2012

  • Une étroite liaison entre les entreprises du secteur et le système d’éducation québécois, grâce au CAMAQ (Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale au Québec)
  • Une main-d’œuvre multilingue : 54 % de la population est bilingue, près de 20 % plurilingue (trois langues et plus), un atout essentiel pour les entreprises qui ciblent les marchés internationaux

Source : Statistique Canada, 2014

L’avis d’un leader mondial

« Montréal, où nous bénéficions d’un formidable bassin d’ingénieurs, est le centre de développement de tous nos simulateurs. J’aime à rappeler que la majorité des pilotes commerciaux qui sillonnent le ciel aujourd’hui sont formés sur des simulateurs conçus et construits à Montréal. »

Marc Parent, président et chef de la direction de CAE

5 – Un pôle d’innovation et de R-D, soutenu par une culture de collaboration

La communauté de recherche du Grand Montréal reflète et alimente la vigueur du secteur aérospatial : tous les acteurs sont tournés vers l’avenir et investissent massivement dans la R-D, avec la complicité des écoles, des universités et de nombreux organismes de recherche de haut niveau.

Cette propension à l’innovation couvre tous les créneaux du secteur et permet au Grand Montréal de se hisser au sommet des avancées technologiques. Quelques exemples :

L’ingénierie de développement. Chaque année, depuis plus de 15 ans, les entreprises du Grand Montréal réussissent à certifier des appareils grâce à l’étroite collaboration entre les différents acteurs, de la R-D à la fabrication, en passant par des établissements de formation (AKKA technologies, Assystem Canada).

La conception de trains d’atterrissage et d’intérieurs d’avions d’affaires. Grâce à des processus d’innovation en constante évolution, certaines entreprises présentes dans le Grand Montréal ont développé des expertises de pointe dans ces domaines (Messier-Bugatti-Dowty (Groupe Safran), Bombardier Aéronautique, C&D Zodiac, Héroux-Devtek).

Qualification et certification d’aéronefs. Le Grand Montréal possède les capacités technologiques, les installations et l’expertise de pointe pour effectuer la qualification et la certification d’aéronefs et de leurs pièces (Averna, Marinvent).

Saviez-vous que…

Le Grand Montréal possède le plus grand nombre de centres de recherche au Canada.

Les instituts de recherche universitaires :

  • AÉROÉTS, de l’École de technologie supérieure
  • Concordia Institute of Aerospace Design and Innovation (CIADI), de l’Université Concordia
  • Groupe d’étude en management des entreprises de l’aéronautique (GEME-Aéro), de l’Université du Québec à Montréal
  • Institut d’innovation et de conception en aérospatiale de Polytechnique (IICAP), de l’École Polytechnique de Montréal
  • McGill Institute for Aerospace Engineering (MIAE), de l’Université McGill

Saviez-vous que…

Le Grand Montréal occupe la première place canadienne quant aux sommes investies en recherche universitaire depuis 1999.

 Source : Statistique Canada, 2013.

Les organismes entièrement dédiés à l’aérospatiale :

  • Agence spatiale canadienne : coordination de tous les programmes et politiques de l’aérospatiale civile
  • Centre technologique en aérospatiale (CTA) : applications des technologies dans l’usinage, les matériaux composites, la métrologie et l’avionique
  • Centre des technologies de fabrication en aérospatiale (CTFA) : technologies d’assemblage des produits métalliques et des structures à base de matériaux composites, automatisation, robotique, usinage de pointe
  • Consortium de recherche et d’innovation en aérospatiale au Québec (CRIAQ) : recherche collaborative entreprises-étudiants
  • Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale (CAMAQ) : gestion des besoins en ressources humaines de l’industrie

Les centres de recherche axés sur l’écologie en aéronautique :

  •  Groupement aéronautique de recherche et développement en environnement (GARDIN)
  •  Regroupement pour le développement de l’avion plus écologique (SA2GE)

Les organismes tournés vers la recherche industrielle et largement sollicités par l’aérospatiale :

  • Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) : services en R-D, essais de qualification et certification de produits, normalisation, certification
  • Institut des matériaux industriels : fabrication compétitive des matériaux, dispositifs biomédicaux, technologies de l’aluminium
  • Réseau photonique du Québec : innovation et développement de l’industrie optique-photonique
  • Sous-traitante industrielle Québec (STIQ) : gestion et efficacité des chaines d’approvisionnement

6 – Des coûts d’exploitation parmi les plus compétitifs en Amérique du Nord

Selon la firme KPMG, le Grand Montréal se classait en 2014 au 1er rang des principales villes nord-américaines, incluant celles spécialisées en aérospatiale, pour la compétitivité des coûts totaux d’exploitation.

Cela inclut la fiscalité, les salaires et les charges sociales, mais aussi l’énergie, les transports, les loyers et les services professionnels. 

L’avis de AV&R Vision et Robotique

« Nous avons des projets d’expansion dans la région, et par la suite en Europe, pour suivre nos clients, mais nous nous sentons très bien à Montréal, au confluent des cultures technologiques et des traditions commerciales européennes et américaines. Montréal est une ville réputée agréable où nos clients ont toujours grand plaisir à venir nous rendre visite. »

Éric Beauregard, président et chef de la direction de AV&R Vision et Robotique

7- Des incitatifs financiers taillés sur mesure

Pour faciliter votre démarrage et votre expansion dans la région montréalaise, les pouvoir publics mettent à votre disposition un large éventails d’aides et de programmes de financement. Être épaulé à toutes les étapes d’un projet de développement, c’est bon pour la compétitivité.

  • De l’aide pour la R-D, grâce à deux programmes dont les entreprises du secteur peuvent se prévaloir :

L’Initiative stratégique pour l’aérospatiale et la défense (ISAD), qui couvre jusqu’à 30 % du coût des projets de R-D stratégiques, sous forme de contributions remboursables.

Le Programme de la recherche scientifique et du développement expérimental (RS&DE), qui offre des crédits d’impôt de 15 % alloués par le gouvernement du Canada et de 14 % par le gouvernement du Québec (remboursables au Québec).


SCÉNARIO 1 ($) : Programme de la recherche scientifique et du développement expérimental (RS&DE), 2014

Hypothèses1 :

  • La société est une société privée sous contrôle étranger
  • 20 employés admissibles @ 50 000 $/année
  • 100 % de leur travail est lié à des activités admissibles
  • Sous-traitant : 200 000 $
  FÉDÉRAL QUÉBEC TOTAL
SALAIRE 1 000 000 1 000 000  
MONTANT DE REMPLACEMENT  @ 55 % 550 000    
SOUS-TRAITANTS2 160 000 100 000  
CRÉDITS RS&DE DU QUÉBEC3 -154 000    
  1 556 000 1 100 000  
CRÉDIT FÉDÉRAL @ 15 % ET CRÉDIT DU QUÉBEC @ 14 % 233 400 154 000 387 400

Notes : 1. Ce modèle considère les changements récents apportés aux crédits d’impôt (2012 et 2014) et par conséquent est valide à partir de l’exercice 2014; 2. Seulement 80 % au fédéral et 50 % au Québec du montant payé au sous-traitant est admissible aux fins du crédit; 3. Dans le calcul du taux de crédit combiné, le taux du crédit d’impôt provincial est porté en réduction de celui du crédit d’impôt fédéral.

Source : « Deloitte, Tax Incentive Programs in Québec–IT, January 2011, » Compilation : Montréal International, 2014

  • De l’aide pour les chercheurs et experts étrangers, avec une exemption d’impôt sur le revenu imposable au Québec pour une période pouvant aller jusqu’à 5 ans (exemption de 100 % les deux premières années, de 75 % la 3e année, de 50 % la 4e et de 25 % la 5e).
  • De l’aide pour la création d’emplois et la formation, pouvant aller jusqu’à 25 % des coûts admissibles pour la mise en œuvre d’un plan de formation et 50 % des coûts engendrés pour la mise en place d’un service de gestion des ressources humaines.
  • De l’aide pour les projets dits structurants grâce au Fonds Essor : contributions (remboursables ou non) et garanties de prêts.

8 – Un cadre fiscal très avantageux pour les entreprises

En choisissant le Grand Montréal, les entreprises de l’aérospatiale optent pour une fiscalité minceur : le taux d’imposition des sociétés est ici l’un des plus bas du continent, à 26,9 %. Celles qui mènent des activités de recherche peuvent, en plus, bénéficier de généreux crédits d’impôt, ce qui allège encore leur fardeau fiscal.

En fin de compte, le fardeau fiscal s’avère inférieur de près de 80 % (entreprises de R-D) et de 30 % (entreprises manufacturières) à celui des autres métropoles nord-américaines spécialisées en aérospatiale.

Indice de fardeau fiscal global, Moyenne pour les secteurs de R-D
(Moyenne des villes des États-Unis = 100)
Sélection de métropoles d’Amérique du Nord spécialisées en aérospatiale, 2014

Source : KPMG, 2014

Indice de fardeau fiscal global, Moyenne pour les secteurs manufacturier
(Moyenne des villes des États-Unis = 100)
Sélection de métropoles d’Amérique du Nord spécialisées en aérospatiale, 2014

Sources : KPMG, 2014

9 – Des grappes industrielles qui mobilisent les acteurs autour d’enjeux communs

Une fois implanté dans la métropole, vous aurez un accès facile et privilégié à tous les leaders de l’aérospatiale. Le secteur s’est en effet doté d’un organisme, la grappe aérospatiale Aéro Montréal, qui fédère tous les acteurs autour d’une vision commune et défend les intérêts de la grappe sur les scènes locale, nationale et internationale.

Mis sur pied en 2006, Aéro Montréal est un forum de concertation qui réunit l’ensemble des premiers dirigeants du secteur aérospatial issus de l’industrie, des institutions d’enseignement, des centres de recherche, des associations et des syndicats.

Une mission essentielle : rassembler tous les acteurs du secteur autour d’objectifs communs et d’actions concertées.

Des objectifs clairs : optimiser la compétitivité, la croissance et le rayonnement de la grappe.

Des chantiers stratégiques : chaîne d’approvisionnement, main-d’œuvre et relève, innovation, image de l’industrie et rayonnement national et international, défense et sécurité nationale, commercialisation, développement de nouveaux marchés.

L’avis de l’OACI

« Montréal est en outre une métropole riche de sa diversité ethnique et culturelle, alliant bon vivre, sécurité et coût de la vie abordable, un ensemble de facteurs très favorables pour une organisation comme la nôtre, sans parler de l’appui indéfectible de Montréal International. »

Raymond Benjamin, secrétaire général de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI)

10 – L’accompagnement personnalisé, confidentiel et gratuit de Montréal International

Pour les nombreuses entreprises et organisations internationales qui l’ont fait avant vous, s’installer dans le Grand Montréal s’est avéré un choix stratégique. Et un choix gagnant grâce, entre autres, à Montréal International qui les a guidées et accompagnées AVANT, PENDANT et APRÈS leur implantation.

  •  MI : de l’aide pour décider

De l’information détaillée sur les grappes industrielles de la région

Des données comparatives sur l’environnement socioéconomique : fiscalité, coûts d’exploitation, incitatifs financiers, accès aux marchés, main-d’œuvre, R-D, etc.

L’identification des opportunités d’affaires et des partenaires clés

Des conseils stratégiques, personnalisés et confidentiels relatifs aux projets d’implantation

  •  MI : de l’aide pour s’installer et s’intégrer

Des conseils sur les sources de financement : capital de risque, prêts bonifiés, etc.

Une expertise pour profiter au mieux des incitatifs fiscaux et financiers

Un accès privilégié à la communauté d’affaires du Grand Montréal : entreprises privées et organisations publiques; instances municipales, provinciales et fédérales; établissements universitaires, centres de formation et de recherche; réseaux financiers

  •  MI : de l’aide pour réussir

Soutien aux entreprises dans leurs projets d’expansion

Services personnalisés et confidentiels de mobilité internationale et de recrutement de travailleurs internationaux stratégiques

Accès à nos réseaux internationaux : gouvernements, universités, grappes industrielles, etc.

L’avis d’Eidos

« Avant de prendre leur décision, mes patrons m’avaient demandé d’étudier plusieurs villes canadiennes. Après avoir soupesé l’ensemble des facteurs, Montréal est arrivée en tête. Très peu de villes bénéficient de structures d’accompagnement aussi bien organisées pour aider les entreprises comme la nôtre à se développer et recruter des talents stratégiques. C’est extrêmement précieux. »

Stéphane D’Astous, ex-directeur général, Eidos Montréal

Pour en savoir plus