Technologies de l’information et des communications

Télécharger le profil complet Ajouter

 En un coup d’œil

  • 25 % de croissance du PIB en TIC de 2002 à 2012; deux fois plus que la moyenne de l’économie de la métropole1
  • 91 000 travailleurs qualifiés dans 5 000 établissements
  • Une concentration de leaders dans tous les créneaux
  • Un PIB de 15,5 milliards de dollars (une croissance de 25 % entre 2002 et 2012)
  • Au 1er rang des grandes métropoles nord-américaines pour les coûts d’exploitation et le fardeau fiscal des entreprises en R-D; au 3e rang pour la croissance de l’emploi dans le secteur

Sources : Statistique Canada et Conference Board du Canada – Estimations de TechnoMontréal et Montréal International; KPMG, 2014

10 bonnes raisons de choisir le Grand Montréal

1. Une position stratégique et un accès direct au marché de l’ALÉNA

Le Grand Montréal se situe au cœur d’une vaste zone de libre-échange régie par l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) où se concentrent près de 500 millions de consommateurs.

La région se situe à une heure et demie de vol d’autres grands centres économiques comme Boston et New York, et à moins d’une heure de route de la frontière canado-américaine.

Voir la carte de Montréal dans l’Amérique du Nord

Transport aérien

La région montréalaise est desservie par deux aéroports internationaux, Montréal-Trudeau (passagers) et Montréal-Mirabel (marchandises), ainsi que par un aéroport régional. Une cinquantaine de transporteurs aériens assurent un service sans escale vers quelque 130 destinations au Canada, aux États-Unis et à travers le monde.

Transport maritime

Le port de Montréal, relié à plus de 100 pays dans le monde, offre la liaison la plus directe entre l’Europe et le cœur industriel de l’Amérique du Nord.

carte_Montréal_FR-WEB

 

2 – La forte concentration de leaders mondiaux

Reconnu comme une plateforme stratégique à haute valeur ajoutée par les multinationales œuvrant dans le domaine des TIC, le Grand Montréal s’avère aussi un tremplin efficace pour les entreprises créatives et les PME en démarrage.

Grands ou petits, canadiens ou étrangers, nombreux sont les acteurs qui, comme CGI, Moment Factory ou Ubisoft, s’illustrent régulièrement sur la scène internationale par leur inventivité et leurs performances.

Saviez-vous que…

Le Grand Montréal est reconnu mondialement comme centre de développement et d’édition des jeux vidéo? Les franchises populaires Assassin’s Creed et Deus Ex ont été produites dans la région.

Services informatiques

  •  CGI
  •  IBM
  •  ACCEO Solutions
  •  UPS Solutions d’affaires
  •  CSC
  •  Groupe conseil OSI
  •  Accenture, Epicor Software
  •  Fujitsu

Multimédia

  •  Ubisoft
  •  Electronic Arts
  •  Gameloft
  •  Eidos (Square Enix)
  •  Moment Factory
  •  VMC
  •  Ludia
  •  Warner Bros
  •  Google

Logiciels

  •  Autodesk
  •  Morgan Stanley
  •  Nuance Communications
  •  SAP
  •  Technologies interactives Médiagrif
  •  Dassault Systèmes

Services de télécommunications

  •  Bell
  •  TELUS
  •  Vidéotron
  •  Cogeco
  •  Ericsson
  •  ADP

Fabrication

  •  CAE
  •  Esterline CMC Électronique
  •  Macdonald Dettwiller and Associates (MDA)
  •  Alstom
  •  Covidien

Saviez-vous que…

85 % des simulateurs de vols commerciaux dans le monde sont conçus dans la région de Montréal par l’entreprise CAE?

3 – La confiance des investisseurs et les nombreuses opportunités d’affaires

Au cours des trois dernières années, le Grand Montréal a accueilli plus de 30 nouveaux projets d’investissement, d’expansion ou d’implantation en TIC.

Saviez-vous que…

Le Grand Montréal compte 400 filiales de sociétés étrangères dans l’industrie des TIC?

  •  Alten (France) : 200 emplois
  •  Adetel (France) : 100 emplois
  •  Alphanumeric Systems (États-Unis) : 150 emplois
  •  AppDirect (États-Unis) : 20-30 emplois
  •  Eidos (Square Enix – Japon) : 250 emplois
  •  Framestore (Royaume-Uni) : 200 emplois
  •  Keywords International (Irlande) : 59 emplois
  •  LINKBYNET (France) : 8 M$, 65 emplois
  •  Ludia (FreemantleMedia – Royaume-Uni)
  •  OVH.com (France) : 127 M$, 117 emplois

Sources: Montréal International

L’avis d’Ericsson

« Je trouve que la métropole, outre sa situation géographique intéressante au nord-est de l’Amérique du Nord, offre un environnement très propice à nos activités : il y a ici une mentalité entrepreneuriale, une attitude positive, des gens d’origines et d’horizons très variés, une sorte de bouillonnement qui stimule la créativité et l’innovation, deux composantes essentielles de notre culture organisationnelle.»

Paddy O’Leary, chef de site – Montréal 
Ericsson Canada

Les nombreuses opportunités d’affaires

Les entreprises du Grand Montréal s’illustrent régulièrement sur la scène internationale des TIC. Lancement d’Assassin’s Creed IV (Ubisoft), création d’un environnement immersif pour Madonna ou Bon Jovi (Moment Factory), développement d’un système inédit de gestion des législations, nouveau simulateur de vol…

Au-delà du succès, ces multiples innovations témoignent du potentiel de certains créneaux porteurs pour tout nouveau joueur souhaitant s’établir dans la région :

  •  Arts numériques et immersion
  •  Centres de données
  •  Microélectronique
  •  Optique-photonique
  •  TIC appliquées à l’aérospatiale
  •  TIC appliquées à la finance
  •  TIC appliquées à la santé

L’avis de Ludia

« Bon nombre des jeux vidéo les mieux accueillis ces dernières années ont été développés à Montréal, ce qui contribue beaucoup à la force d’attraction qu’exerce la métropole sur les jeunes technophiles. En plus, ici, ça bouge et le coût de la vie est relativement bas : c’est le milieu rêvé quand on commence dans la vie active. »

Alexandre Thabet, président et cofondateur de Ludia

4 – Une main-d’œuvre talentueuse et créative

Composé de plus de 120 000 travailleurs hautement qualifiés, le marché de l’emploi en TIC est exceptionnellement dynamique : + 7,5 % entre 2008 et 2013, malgré le ralentissement économique mondial.

Les entreprises du secteur peuvent donc combler la plupart de leurs besoins de main-d’œuvre en puisant dans ce bassin local. Elles y trouvent :

  • une grande diversité de compétences
Sélections de professions selon le nombre d’emplois, Grand Montréal, 2012
Analystes et consultants en informatique  30 200
Programmeurs et développeurs en médias interactifs  21 800
Techniciens de réseau informatique  10 300
Installateurs et réparateurs de matériels de télécommunications  7 000
Concepteurs et développeurs web  5 400
Ingénieurs et concepteurs en logiciel  5 200
Ingénieurs électriciens et électroniciens  4 900
Technologues et techniciens en génie électronique et électrique  4 700
Analystes de bases de données et administrateurs de données  4 500
Ingénieurs informaticiens  3 800

Source : Statistiques Canada, 2013

  • une relève de qualité : chaque année, 4 000 nouveaux diplômés spécialisés en TIC, issus de programmes adaptés aux besoins réels de l’industrie, incluant les services télécoms de pointe, l’animation 3D et l’imagerie numérique, la création artistique, la conception et la fabrication assistée par ordinateur. Rien que dans le milieu universitaire, 10 établissements offrent des cursus spécialisés en TIC.
  • un capital créatif : le Grand Montréal se démarque par la créativité de ses talents, notamment dans le domaine de la création numérique, avec plus de 50 jeux inspirés des productions hollywoodiennes.
  • une main-d’œuvre multilingue : 54 % de la population est bilingue et près de 20 % plurilingue (trois langues et plus), un atout essentiel pour les entreprises qui ciblent les marchés internationaux.

Source : Statistique Canada, 2014

L’avis de Google

« Montréal est reconnue pour sa créativité, avec sa main-d’œuvre éduquée, bilingue et cosmopolite, et nous aimerions contribuer à ce qu’elle continue d’être à l’avant-garde des tendances. Des entrepreneurs d’ici accomplissent des choses remarquables dans le domaine des TIC et il y a un écosystème particulièrement favorable aux sociétés émergentes. Nous sommes là pour aider à dynamiser ce potentiel. »

Nicolas Darveau-Garneau, directeur général de Google Québec

5 – Un pôle d’innovation et de R-D soutenu par une culture de collaboration

Que ce soit dans les jeux vidéo, dans le développement de logiciels ou dans les TIC appliquées à la santé et à la finance, le Grand Montréal a toujours une longueur d’avance. Ce positionnement exigeant est le fruit d’une culture de l’innovation qui fédère tous les acteurs du secteur, entreprises, laboratoires, écoles et universités.

Au-delà des géants du secteur (Alcatel-Lucent, Bell, CGI, IBM, Rogers, etc .), qui investissent ici des millions de dollars dans la recherche, la communauté scientifique s’organise autour de pôles universitaires de réputation mondiale et de regroupements spécialisés qui misent sur le partenariat pour faire avancer la connaissance.

Recherche universitaire et collégiale : plus de 40 groupes, laboratoires, centres et chaires affiliés à :

  •  l’Université McGill
  •  l’Université Concordia
  •  l’Université de Montréal
  •  l’Université du Québec à Montréal (UQÀM)
  •  HEC Montréal
  •  l’École de technologie supérieure (ÉTS)
  •  l’École Polytechnique de Montréal
  •  le Collège Lionel-Groulx
  •  le Cégep André-Laurendeau
  •  le Cégep John Abbott

Organismes de recherche dédiés ou directement reliés aux TIC :

  •  Alliance numérique
  •  Association canadienne de la technologie de l’information (ACTI)
  •  Association de sécurité de l’information du Montréal métropolitain (ASIMM)
  •  Association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants (AQIII)
  •  Association québécoise des technologies (AQT)
  •  Canadian Advanced Technology Alliance (CATA)
  •  Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ)
  •  Consortium en innovation numérique du Québec (CINQ)
  •  Centre de recherche appliquée en TI (CRIM)
  •  PROMPT
  •  Société des arts technologiques (SAT)
  •  Réseau Action TI
  •  TECHNOcompétences
  •  Regroupement de l’industrie électronique (RIE)
  •  Réseau photonique du Québec
  •  Société canadienne de technologies médicales (MEDEC)

Organismes de recherche généralistes largement sollicités par les entreprises des TIC :

  •  Centre d’entreprises et d’innovation de Montréal (CEIM)
  •  Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO)
  •  Conseil international des associations de design graphique (ICOGRADA)
  •  Association pour le développement et la recherche de l’innovation du Québec (ADRIQ)

Saviez-vous que…

Selon Statistiques Canada, le Grand Montréal occupe la première place canadienne quant aux sommes investies en recherche universitaire depuis 1999?

6 – Les coûts d’exploitation les plus compétitifs en Amérique du Nord

Exploiter une entreprise dans le secteur des TIC coûte moins cher dans le Grand Montréal que dans les autres grandes agglomérations d’Amérique du Nord. C’est vrai pour les salaires et les charges sociales, mais aussi pour les frais généraux comme les loyers, l’électricité et les services professionnels.

Des salaires concurrentiels, assortis à de faibles charges sociales (en $US)

  Montréal Toronto Chicago San Diego Seattle Boston San Francisco
Architecte informatique (manager) 100 622 105 649 129 472 134 796 138 978 143 425 152 625
Programmeur analyste applications (manager) 93 815 98 853 118 248 122 660 126 653 131 065 139 220
Développeurs de logiciels 73 803 77 861 94 279 95 176 98 494 102 461 108 222
Programmeurs 63 653 67 378 79 413 79 548 82 980 86 060 90 922
Analyste de base de données informatique 67 194 71 059 83 928 84 263 87 663 91 021 96 145

Salaires de base annuels médians ($US), pour une série de professions en TIC. Taux de change : 1$CAN = 0.8843 $US

Sélection de sept grandes métropoles d’Amérique du Nord spécialisées en TIC, 2014

Des coûts d’exploitation inférieurs de plus de 14 % par rapport aux autres métropoles spécialisées dans les TIC

Coûts totaux d’exploitation d’une entreprise en TIC
Moyenne de quatre sous-secteurs (Montréal= 100)
 Sélections de métropoles parmi les plus grandes en Amérique du Nord, 2014

Source : KPMG, 2014.

7. Des incitatifs financiers taillés sur mesure

Entre les crédits d’impôt, les programmes d’aides financières octroyées par les gouvernements et les capitaux de risque disponibles, les entreprises du secteur des TIC qui choisissent de s’implanter dans le Grand Montréal disposent de plusieurs sources de financement très concurrentielles.

De l’aide pour la R-D, grâce au Programme de la recherche scientifique et du développement expérimental (RS&DE) qui offre des crédits d’impôt de 15 % alloués par le gouvernement du Canada et de 14 % par le gouvernement du Québec (remboursables au Québec)

Scénario 1 ($) : Programme de la recherche scientifique et du développement expérimental (RS&DE), 2014

Hypothèses1 :

  • La société est une société privée sous contrôle étranger
  • 20 employés admissibles @ 50 000 $/année
  • 100 % de leur travail est lié à des activités admissibles
  • Sous-traitant : 200 000 $
  FÉDÉRAL QUÉBEC TOTAL
SALAIRE 1 000 000 1 000 000  
MONTANT DE REMPLACEMENT @ 55% 550 000    
SOUS-TRAITANTS2 160 000 100 000  
CRÉDITS RS&DE DU QUÉBEC3 -154 000    
  1 556 000 1 100 000  
CRÉDIT FÉDÉRAL @ 15 % ET CRÉDIT DU QUÉBEC @ 14 % 233 400 154 000 387 400

Notes : 1. Ce modèle considère les changements récents apportés aux crédits d’impôt (2012 et 2014) et par conséquent est valide à partir de l’exercice 2014; 2. Seulement 80 % au fédéral et 50 % au Québec du montant payé au sous-traitant est admissible aux fins du crédit; 3. Dans le calcul du taux de crédit combiné, le taux du crédit d’impôt provincial est porté en réduction de celui du crédit d’impôt fédéral.

Source : « Deloitte, Tax Incentive Programs in Québec–IT, June 2014, » Compilation: Montréal International, 2014

De l’aide pour le développement des affaires, grâce au crédit d’impôt remboursable pour le développement des affaires électroniques (CDAE) qui peut être jumelé au RS&DE et qui couvre 24 % des salaires admissibles jusqu’à 20 000 $ par an et par emploi.

Scénario 2 ($) : Combinaison du crédit d’impôt remboursable pour le développement des affaires électroniques (CDAE) au niveau provincial et du programme de la recherche scientifique et développement expérimental (RS&DE) au niveau fédéral, 2014

Hypothèses1:

  • La société est une société privée sous contrôle étranger
  • 20 employés admissibles @ 50 000 $/année
  • 100 % de leur travail est lié à des activités admissibles pour le CDAE et la RS&DE
  FÉDÉRAL QUÉBEC TOTAL
SALAIRE 1 000 000 1 000 000  
MONTANT DE REMPLACEMENT @55 %2 550 000    
CRÉDIT CDAE DU QUÉBEC3 0    
  1 550 000 1 000 000  
CRÉDIT FÉDÉRAL @ 15 % ET CRÉDIT DU QUÉBEC @ 24 % 232 500 240 000 472 500

Notes : 1. Ce modèle considère les changements récents apportés aux crédits d’impôt (2012 et 2014) et par conséquent est valide à partir de l’exercice 2014; 2. Limité par les autres dépenses de l’entreprise; 3. Le CDAE ne réduit pas le montant admissible au crédit de RS&DE du fédéral.

 Source: Deloitte, « Québec eBusiness Development Tax Credit, June 2014, » Compilation: Montréal International, 2014

De l’aide pour la production multimédia, grâce au crédit d’impôt remboursable pour la production de titres multimédias (CTMM) qui peut être jumelé au RS&DE et qui couvre jusqu’à 30 % des coûts de main-d’œuvre.

Scénario 3 ($) : Combinaison de crédit d’impôt remboursable pour la production de titres multimédias au niveau provincial et du programme de la recherche scientifique et développement expérimental (RS&DE) au niveau fédéral, 2014

Hypothèses1 :

  • La société est une société privée sous contrôle étranger
  • 20 employés admissibles @ 50 000 $/année
  • 100 % de leur travail est lié à des activités admissibles pour les programmes de production de titres multimédias et de la RS&DE
  • l’entreprise est une société spécialisée
  • Les titres multimédias n’ont pas fait l’objet d’une commande et sont disponibles en français.
  FÉDÉRAL QUÉBEC TOTAL
SALAIRE 1 000 000 1 000 000  
MONTANT DE REMPLACEMENT @55 %2
550 000    
CRÉDITS RS&DE DU QUÉBEC3
0    
  1 550 000 1 000 000  
CRÉDIT FÉDÉRAL @ 15 % ET CRÉDIT DU QUÉBEC @ 30 % 232 500 300 000 532 500

Notes : 1. Ce modèle considère les changements récents apportés aux crédits d’impôt (2012 et 2014) et par conséquent est valide à partir de l’exercice 2014; 2. Limité par les autres dépenses de l’entreprise. Le CTMM ne réduit pas le montant admissible au crédit de RS&DE du fédéral.

Source: « Deloitte, Tax Incentive Programs in Québec–IT, June 2014, » Compilation: Montréal International, 2014

De l’aide pour les chercheurs et experts étrangers, avec une exemption d’impôt sur le revenu imposable au Québec pour une période pouvant aller jusqu’à cinq ans (exemption de 100 % les deux premières années, de 75 % la 3e année, de 50 % la 4e et de 25 % la 5e)

De l’aide pour la création d’emplois et la formation, pouvant aller jusqu’à 25 % des coûts admissibles pour la mise en œuvre d’un plan de formation et 50 % des coûts engendrés pour la mise en place d’un service de gestion des ressources humaines.

De l’aide pour les projets dits structurants grâce au Fonds ESSOR : contributions (remboursables ou non) et garanties de prêts.

Des capitaux de risque disponibles : de 2000 à 2010, les sociétés de capital de risque du Grand Montréal ont investi 2,4 G$ dans près de 1 800 projets reliés aux TIC. Et ça continue : aujourd’hui encore, les entreprises du secteur ont accès assez facilement à du capital de risque pour toutes les phases et toutes les tailles de projets de développement.

Investissements en capital de risque dans le secteur des TIC par
Sous-secteur, Grand Montréal, 2000-2010

Source : Thomson Reuters Canada, 2011

8 – Un cadre fiscal très avantageux pour les entreprises

Toutes les entreprises du Grand Montréal sont avantagées par un taux d’imposition des sociétés parmi les plus faibles du continent (26,9 %). Certaines d’entre elles peuvent en plus bénéficier de généreux crédits d’impôt.

En fin de compte, le fardeau fiscal global des entreprises de R-D est ici près de cinq fois moins élevé qu’ailleurs en Amérique du Nord.

Indice de fardeau fiscal global, Moyenne pour les secteurs de R-D
(Moyenne des villes des États-Unis = 100)
 Sélection de métropoles parmi les plus grandes d’Amérique du Nord, 2014

Source : KPMG, 2014

9 – Des grappes industrielles qui mobilisent les acteurs autour d’enjeux communs

S’implanter dans un environnement bouillonnant d’idées et de talents, c’est bien. Rejoindre un milieu structuré en véritables grappes industrielles, c’est mieux. Point de convergence des principaux acteurs des TIC, TechnoMontréal vous permettra, une fois dans la métropole, de faire entendre votre voix et de participer aux réflexions – et aux actions – sur les grands enjeux de votre industrie.

TechnoMontréal est un organisme sans but lucratif mis en place en 2007 pour fédérer les acteurs du secteur – publics, privés et institutionnels – autour d’une vision ambitieuse de l’avenir.

  • Une mission essentielle : rassembler et soutenir les acteurs de l’industrie autour d’objectifs communs et d’actions concertées.
  • Des objectifs clairs : accélérer et optimiser la compétitivité, la croissance et le rayonnement de l’industrie.
  • Des chantiers stratégiques : l’innovation, la relève, la performance et la compétitivité, le rayonnement et l’internationalisation.

L’Avis de CGI

« La région montréalaise possède des avantages indéniables, à commencer par des coûts salariaux et locatifs très compétitifs et des infrastructures technologiques de pointe. Nous avons aussi la chance d’avoir un riche bassin de compétences, non seulement en TIC, mais aussi en gestion des affaires, en administration, etc. »

Claude Marcoux, vice-président principal et directeur général, CGI

10 – L’accompagnement personnalisé, confidentiel et gratuit de Montréal International

Pour les nombreuses entreprises et organisations internationales qui l’ont fait avant vous, s’installer dans le Grand Montréal s’est avéré un choix stratégique. Et un choix gagnant grâce, entre autres, à Montréal International qui les a guidées et accompagnées AVANT, PENDANT et APRÈS leur implantation.

  • MI : de l’aide pour décider

De l’information détaillée sur les grappes industrielles de la région.

Des données comparatives sur l’environnement socioéconomique : fiscalité, coûts d’exploitation, incitatifs financiers, accès aux marchés, main-d’œuvre, R-D, etc.

L’identification des occasions d’affaires et des partenaires clés.

Des conseils stratégiques, personnalisés et confidentiels relatifs aux projets d’implantation.

  • MI : de l’aide pour s’installer et s’intégrer

Des conseils sur les sources de financement : capital de risque, prêts bonifiés, etc.

Une expertise pour profiter au mieux des incitatifs fiscaux et financiers.

Un accès privilégié à la communauté d’affaires du Grand Montréal : entreprises privées et organisations publiques; instances municipales, provinciales et fédérales; établissements universitaires, centres de formation et de recherche; réseaux financiers.

  • MI : de l’aide pour réussir

Soutien aux entreprises dans leurs projets d’expansion.

Services personnalisés, confidentiels et stratégiques de mobilité internationale et de recrutement de travailleurs internationaux.

Accès à nos réseaux internationaux : gouvernements, universités, grappes industrielles, etc.

 

1 Statistique Canada et Conference Board du Canada – Estimations de TechnoMontréal et Montréal International
2 KPMG, 2014
3 Statistique Canada


Pour en savoir plus