67 organisations internationales sont à l’œuvre près de chez vous

30 novembre 2021

C’est l’un des secrets les mieux gardés en ville. Une belle histoire trop peu racontée, mais qui fait pourtant l’envie de nombreuses métropoles. Jour après jour, 67 organisations internationales (OI) établies chez nous, dont 4 sièges de l’ONU, font rayonner Montréal sur la scène internationale. Bien que leurs missions soient fort variées, elles ont un objectif en commun : faire avancer le monde.

Montréal, capitale mondiale de l’aviation civile

Montréal accueille des organisations internationales depuis les années quarante. Dès la fin de la Seconde Guerre, deux OI importantes débutaient leurs activités ici : l’Association internationale du transport aérien (IATA), créée pour représenter l’industrie, et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), une institution spécialisée de l’ONU chargée de réglementer la navigation aérienne à l’échelle internationale. Dès lors, les fondations étaient jetées pour faire de Montréal la capitale mondiale de l’aviation civile.

Depuis, la famille s’est agrandie. Plusieurs OI du secteur sont venues rejoindre ces deux institutions prestigieuses, dont la Fédération internationale des Associations de contrôleurs aériens (IFATCA), la Fédération internationale des associations de pilotes de ligne (IFALPA) et Airports Council International (ACI). Aujourd’hui, elles sont plus d’une douzaine à mener leurs activités mondiales à partir de Montréal, faisant de la métropole canadienne un haut lieu de savoir et d’expertise dans le domaine aérien.

Montréal, ville onusienne

Saviez-vous que quatre organisations de l’ONU ont leur siège à Montréal? Outre l’OACI, l’Institut de statistique de l’UNESCO rassemble, pour le compte des Nations Unies, des statistiques mondiales en éducation, science, technologie, culture et communication. Le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique appuie quant à lui les gouvernements dans la mise en œuvre de cette Convention, dont les objectifs sont la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique, ainsi que le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques. Enfin, le Secrétariat du Fonds multilatéral pour l’application du Protocole de Montréal offre un soutien financier aux pays en développement pour les aider à éliminer les substances qui appauvrissent la couche d’ozone.

Mentionnons également que Montréal accueille un bureau de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, dont la mission consiste à sauver des vies et protéger les droits des réfugiés.

Montréal, pôle de développement durable

Montréal compte aussi une importante communauté d’OI spécialisées en environnement et développement durable. En effet, elles sont plus d’une douzaine à œuvrer pour une transition vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Protection d’écosystèmes, préservation des ressources naturelles, mobilisation des parties prenantes… les mandats sont multiples et porteurs d’espoir.

Par exemple, le Centre de droit du développement durable promeut l’éducation juridique liée au développement durable et à la protection des écosystèmes. La Commission de coopération environnementale favorise la coopération pour conserver, protéger et améliorer l’environnement nord-américain dans une perspective de développement durable.  Et l’initiative Global Open Data for Agriculture and Nutrition (GODAN) soutient les efforts mondiaux pour un accès universel aux données agricoles et nutritionnelles. D’autres OI font la promotion de l’électricité durable et autres énergies vertes, militent en faveur d’un accès équitable à l’eau potable ou facilitent la coopération internationale dans des domaines ciblés.

Montréal, 3e ville d’OI des Amériques

Vous l’aurez compris : ça bouge à Montréal, et les OI y sont pour quelque chose. Plusieurs d’entre elles évoluent entre autres dans les secteurs de la culture et des communications, du développement international, de l’éducation, de la francophonie et des sciences de la vie. Rappelons que l’Agence mondiale antidopage est établie à Montréal, de même que la Fédération mondiale de l’hémophilie, le Bureau international du droit des enfants, l’Agence universitaire de la Francophonie et le Centre international pour la prévention de la criminalité.

Bref, les 67 organisations internationales basées à Montréal sont une source d’expertise inestimable pour les écosystèmes en place dans la métropole. Et une fenêtre précieuse sur le monde.

Pour mieux connaitre les organisations internationales près de chez vous, cliquez ici.