Google annonce la construction de nouveaux bureaux à Montréal

6 février 2020

Aujourd’hui, Google a le plaisir d’annoncer qu’elle renforcera sa présence au Canada en ouvrant trois nouveaux bureaux à Montréal, Waterloo et Toronto. Cette nouvelle coïncide avec la sortie d’une nouvelle étude au sujet des retombées de Google sur l’économie canadienne et d’importants investissements dans les programmes de formation en technologies numériques destinés aux Canadiens.

Croissance de Google au Canada

En 2001, l’entreprise a ouvert à Toronto son premier bureau canadien. Dix-neuf ans plus tard, elle emploie plus de 1 500 personnes, notamment des ingénieurs, des développeurs de jeux vidéo, des directeurs des ventes et des chercheurs en intelligence artificielle. Google investit depuis longtemps au nord de la frontière américaine. D’ici 2022, les bureaux de Google au Canada devraient accueillir jusqu’à 5 000 employés.

Croissance de Google au Québec

Google est ancrée au Québec depuis plus d’une décennie, soit depuis l’ouverture de son bureau au centre-ville de Montréal en 2004 qui comptait alors trois employés. D’ici la fin de l’année, les développeurs de logiciels, les développeurs de jeux vidéo, les chercheurs en intelligence artificielle et les spécialistes de l’infonuagique du bureau de Montréal déménageront au 425, rue Viger Ouest.

Ces nouveaux bureaux, qui occuperont cinq étages de l’établissement, pourront accueillir jusqu’à 1 000 employés. Le design intérieur de chaque étage rendra hommage à Montréal en faisant ressortir l’essence de cinq quartiers bien-aimés de la métropole : Petite Italie, Le Village, Le Plateau, Quartier chinois et le Vieux-Port. Un logo Google Montréal, dont la calligraphie rappellera la célèbre affiche Farine Five Roses, ornera les murs de la réception et accueillera les membres de l’équipe et les visiteurs.

Les employés Google à Montréal travaillent sur certains des projets les plus en vue de l’entreprise :

  • Safe Browsing – Montréal est l’une des villes les plus avant-gardistes en matière de cybersécurité, un domaine qui touche l’ensemble des secteurs d’activités, notamment l’enseignement supérieur, le secteur bancaire, les technologies en santé, l’aérospatiale et les jeux vidéo. D’ailleurs, plusieurs universités du Québec ont conçu des programmes pour répondre à la demande croissante de professionnels en sécurité numériqueL’équipe responsable de la navigation sécurisée, Safe Browsing, de Google à Montréal fournit l’un des services les plus névralgiques que l’entreprise offre à l’échelle mondiale – un service qui protège plus de 4 milliards d’appareils dans le monde chaque année avec l’envoi de plus de 250 millions d’alertes de sécurité par mois.
  • Stadia – L’an dernier, reconnaissant le vaste bassin de talents à Montréal, Google a décidé d’y installer son tout premier studio de production de jeux Stadia. Ce studio de calibre AAA prendra forme dans l’espace sur Viger. Et d’ici la fin 2022, des centaines de nouvelles opportunités seront créées au sein de Stadia, dont l’objectif est de mettre sur pied une équipe qui dont le mandat sera de définir les expériences de jeu de demain, dans le cloud.
  • Google AI – L’équipe spécialisée en intelligence artificielle Google est dirigée par l’une des sommités dans le domaine, Hugo Larochelle. Sous la direction de ce dernier, Marc BellemareNicolas Le Roux et Danny Tarlow, quelques-uns des talents les plus réputés mondialement, se penchent sur des projets prometteurs comme l’apprentissage par renforcement – qui aborde les problèmes complexes liés à la prise de décision, et l’apprentissage à partir de peu d’exemples – dont l’objectif est de trouver des moyens de réduire l’écart entre êtres humains et machines sur le plan de la rapidité d’apprentissage de nouveaux concepts. Google a accordé plus de 4,5 millions de dollars en subventions à huit professeurs de diverses universités montréalaises par l’intermédiaire de Mila et entend continuer d’appuyer les chercheurs en intelligence artificielle à court et à moyen terme.
  • Infonuagique – Montréal est la seule région Google Cloud au Canada qui vient alimenter les activités de certaines des entreprises les plus appréciées au Québec.

Les retombées économiques de Google au Canada

Les investissements de Google au Canada ne se limitent pas à la construction de nouveaux bureaux. De nouvelles données démontrent comment l’entreprise aide les entreprises canadiennes de toutes tailles à profiter du plein potentiel d’Internet. Selon une étude de Public First publiée aujourd’hui, l’année dernière seulement, les produits de recherche et de publicité de Google ont contribué à générer des activités économiques estimées à 23 milliards de dollars canadiens pour plus de 500 000 entreprises au Canada – des retombées totales qui équivalent à environ 1,1 % du produit intérieur brut (PIB) canadien.

« Ouvert à tous, le Web permet aux entreprises de toutes tailles ou aux créateurs individuels du Canada de trouver des clients partout sur la planète, explique Ruth Porat, première vice-présidente et directrice financière de Google. Au Canada, l’économie numérique produit maintenant des revenus supérieurs à ceux des industries forestière, minière et gazière combinées. La transformation numérique peut donner un élan incroyable aux entreprises canadiennes qui exploitent les données et les technologies en ligne. »

Lancement de l’accélérateur d’entreprises de Google

Aujourd’hui, Google annoncera aussi le lancement de son premier accélérateur de jeunes entreprises au Canada. Installé à Waterloo, ce sera la 12e initiative du genre de Google au monde. En collaboration avec des fondateurs et des partenaires du secteur, Google investit dans le potentiel des entrepreneurs pour que davantage de jeunes entreprises se développent et réussissent sur la scène mondiale.

Google investit dans l’avenir de la main-d’œuvre canadienne

Pour aider le Canada à exploiter le potentiel des technologies numériques, google.org annonce aujourd’hui une subvention de 2,5 millions de dollars pour NPower Canada, un organisme de bienfaisance qui aide les jeunes adultes mal desservis à accéder à des emplois sérieux et durables. L’argent servira à financer des bourses d’études pour le certificat professionnel en soutien des TI et le certificat en automatisation des TI avec Python. Ces fonds aideront les Canadiens à développer des compétences recherchées et à décrocher des emplois dans les technologies numériques au Canada, un secteur en plein essor.

Citations

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière :

« La croissance économique et l’augmentation de la richesse s’inscrivent dans les priorités du gouvernement du Québec et ces objectifs seront atteints en renforçant l’innovation, en augmentant les exportations et en multipliant les investissements étrangers. L’ouverture de ce bureau de Google à Montréal qui pourra accueillir jusqu’à 1 000 employés est une nouvelle extrêmement bien accueillie. D’ailleurs, le premier ministre, M. François Legault, avait rencontré les hauts dirigeants de l’entreprise à leur siège social de Mountain View en décembre dernier, pour vendre les attraits du Québec en matière d’intelligence artificielle et de jeu vidéo. Le Québec est une société innovante en pleine effervescence technologique qui a su attirer, une fois de plus, l’un des plus grands joueurs de la planète. »

« Depuis son arrivée à Montréal il y a plus d’une décennie, Google est devenue incontournable dans l’écosystème montréalais, étendant continuellement son empreinte et misant sur les principales forces locales », affirme Stéphane Paquet, président-directeur général de Montréal International. Avec le lancement de Chrome Security, Google AI et Deepmind, Google contribue à donner de l’envergure à deux secteurs importants à Montréal : la cybersécurité et l’intelligence artificielle. Plus récemment, Google a annoncé l’arrivée de Stadia Games, un studio de production de jeux à Montréal. Google entend aussi contribuer à la croissance de l’écosystème technologique et du bassin de talents à Montréal. La société s’est associée à de jeunes entreprises de la région pour accroître les possibilités de réseautage par l’intermédiaire de son programme Google for Startups. Elle sensibilise tous les niveaux scolaires à la prochaine génération d’emplois dans le secteur des technologies et déploie des efforts pour attirer des employés chevronnés à Montréal. Google ne prend pas ses décisions d’expansion à la légère et nous sommes fiers qu’elle ait choisi d’augmenter ses effectifs à Montréal, Toronto et Waterloo. Google est un élément important de tout écosystème de calibre mondial et nous avons hâte de poursuivre avec l’entreprise nos efforts de consolidation des écosystèmes technologiques de Montréal et du Canada. »

Au sujet du rapport sur les retombées économiques

Google a demandé à Public First d’estimer l’activité économique générée par les entreprises, créateurs de contenu et développeurs canadiens qui utilisent ses services. L’entreprise a adopté des approches ascendantes et descendantes pour évaluer l’activité économique et l’étendue raisonnable des retombées potentielles à partir des données accessibles au public et conformément aux politiques de protection de la vie privée de Google. Les estimations présentées dans le rapport d’étude reposent sur des données concernant la période de 12 mois allant du 1er janvier au 31 décembre 2019 et sont définies comme les estimations de 2019.

À propos de Google Canada

Google s’est donné pour mission d’organiser l’information mondiale et de la rendre utile et accessible à tous. En tant que chef de file du secteur des technologies et grâce à ses innovations en matière de recherche et de publicité sur le Web, Google a fait de son site Web une propriété Internet de premier ordre et fait partie des marques les plus reconnues au monde. Google Canada possède des bureaux à WaterlooToronto, Montréal et Ottawa. Plus de 1 500 personnes travaillent au sein de ses équipes d’ingénierie, de recherche en intelligence artificielle, de ventes et de marketing.

Contact pour les médias Fermer
Element/Shape/Related/Triangle 1 Created with Sketch.
Contactez notre expert(e)

Ariane Lafrenière

Conseillère, Communication et relations publiques